Cueillette et transmission

Quand vient la saison des mûres, souvent les terres sont labourées, les feuilles des sous-bois commencent à dorer, les soirs sont plus frais, il y a comme un petit air qui vient nous souffler sur le nez et qui nous murmure « l’été s’en va ». Parfois même on trouve de jolis cèpes aux détours des chemins. La rentrée est proche, et je ne sais pas pourquoi mais j’ai souvent l’impression que l’automne est déjà là fin août alors que l’on est encore en « été ». Bon certes cette année, l’été a un peu déserté les lieux.
Ma saison préférée est l’automne, mais quand il fait beau évidemment, peut-être à cause de mes origines lorraines et des forêts profondes arpentées chaque automne quand j’étais enfant, les paniers remplis de champignons des bois, de sureau pour en faire des confitures, de fraises des bois, et même de faines. Qui se souvient d’avoir ramassé des faines en forêt ? Qui même connaît cela ? Ce petit fruit triangulaire que donne le hêtre. On en ramassait des paniers, et on les grignotait crues, elles avaient un goût merveilleux de noisette.

La saison des mûres a commencé. Depuis quelques temps j’apercevais en passant sur les routes les baies se violacer. Chaque année, c’est une tradition, nous allons en cueillir. Nous y sommes allés hier après midi dans « notre » coin, car évidemment c’est comme pour les champignons, on a « notre » coin qui ne se partage pas, c’est ainsi. Pour y arriver, on traverse un chemin en forêt qui s’ouvre sur un large champ où se trouve une immense ronce chargée de mûres. Oh joie, c’est le début de saison, la récolte cette année s’annonce plutôt bonne et promet d’autres moments de cueillette.

Ces moments sont chargés de bonheur, de plaisir et de rires. Quand je m’évertue à dire aux enfants « vous sentez ? ça sent la mousse et les champignons, l’humus et le sol frais », leurs petites narines en l’air tentent de percevoir ce que je veux leur offrir, utiliser leurs sens autour d’eux. J’aime les entendre dire parfois sans que je dise quoi que ce soit « ça sent bon ». J’ai alors l’impression qu’une partie de ce que je veux leur transmettre a atteint son but.

La transmission, tiens, c’était un sujet de discussion avec le Flibustier il y a quelques jours. J’imagine que quand on devient parents, on a tous des choses importantes que l’on souhaite transmettre à nos enfants. Pour ma part, je pense que c’est souvent lié au bonheur que moi même enfant, j’ai eu à vivre ces moments. Pour certains, c’est la lecture des albums de bandes dessinées de leur enfance, les vieux westerns. Pour moi c’est la cueillette dans la nature.

Et vous ? Quelle serait votre transmission ? (bien évidemment en dehors du respect de la politesse etc. etc…).

En attendant, voici cette journée en images et le résultat gourmand que nous avons dégusté le soir.

Enregistrer

6 réponses sur “Cueillette et transmission”

  1. Clodine

    Transmission en vacances, le côté « aller au pif, suivre son flair », que ce soit à pied ou en voiture… Et aujourd’hui je m’aperçois que je suis très forte pour dénicher des endroits surprenants, insolites ou si mignons ! J’ai bcp aimé cette page. Ah oui je crois qu’on m’a transmis aussi le goût des bottes en caoutchouc, j’adoore, même qd elle sont ttes simples : bleu ou vert kaki.Peur de rien avec mes bottes !

  2. La Tulipe

    Nous nourrissons des vers avec les châtaignes … ensuite « arrassées » de vers sur le feu pardon… de châtaignes. Châtaignes grillées dans une poêle à troue (une arrasoire) dans les flammes du feu de cheminées puis gros sel … On a les doigts noirs c’est absolument génial! J’ai testé la confiture de châtaignes, mais un boulot de dingue. Cuites à l’eau, il faut les éplucher … je ne parle pas de la première épaisseur déjà bien embêtante à enlever.

  3. epistyle

    Tu as raison : sachons transmettre à nos enfants les petits bonheurs du quotidien : cueillir les fruits d’été, regarder les étoiles, tremper ses pieds dans les ruisseaux, siffler avec des herbes…

  4. Fabzzz

    🙂 hi hi j’aime bien tes considérations 🙂 et je suis assez contente de mes bottes à fleurs ASOS saison 2009-2010 – je pourrais presque faire du blog mode :). Tu fais quoi avec les châtaignes ? Il y en a aussi pas mal chez nous, et la question se pose chaque année de « quoi en faire ? »

  5. La Tulipe

    Considération purement féminine: Ouah! Les bottes à fleurs!
    Considération enfantine: elle est trop mimi la grenouille!
    Considération maternelle: Tout à fait le genre de moment qui se transmet dans notre famille. Mais on se fait toujours avoir avec les mûres nous!!! Alors on se venge sur les châtaignes.

    Ce que j’adore aussi c’est entendre mon fils parler du bonheur éprouvé dans ces moments de « transmission » justement. Là je me dis que « c’est gagné » j’ai bien transmis quelque chose.

    Sinon, je suis incapable de choisir « mon « moment de transmission. Peut-être le jardinage en famille … ou le tour de vélo dans « le petit chemin » en s’arrêtant tous les mètres pour cueillir, ramasser, regarder…

    PS: Merci pour le lien vers le blog du Flibustier. Graphiquement j’aime!

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée ! Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>