Mise en bocal

Les bocaux représentent tout ce qu’on ne fait plus avec nos vies actives, travail, enfants, maison, activités, sorties. Une vie trépidante qui va parfois de plus en plus vite, trop vite. Jusqu’à retrouver ce besoin de s’arrêter, se poser et regarder les saisons passer. Mes grands-parents possédaient des vergers de mirabelliers en Lorraine. De grands vergers achetés après leur retour de déportation, comme si ces trois années passées en Silésie en camp de punition avec trois jeunes enfants leur avaient donné cet élan de ne plus jamais manquer de rien. Ma grand-mère mettait des kilos et des kilos de fruits en bocaux pour l’hiver. Quand j’étais enfant, nous allions tous les étés aux vergers faire tomber les mirabelles sur des grandes nappes et les ramasser en en mangeant jusqu’à l’écœurement. Nous mangions ensuite des bocaux tout l’hiver tandis que les adultes mettaient les fruits trop mûrs en tonneaux pour le schnaps. Aujourd’hui encore, j’ai un peu de mal à manger des mirabelles en bocaux.
Mettre fruits ou légumes en bocaux est une activité qui se perd. Alors pouvoir prendre le temps d’en faire reste une petite madeleine, un petit trésor d’activité à chérir, parce que cela représente la capacité à profiter des saisons, à les regarder et les respecter.

Quelques jolis bocaux en tampons (et diverses petites nouvelles choses) dans ma boutique

 

5 réponses sur “Mise en bocal”

  1. Delfie

    Faire des réserves pour l’hiver … ! Tout un rituel aussi pour moi … avec les bons souvenirs de l’enfance qui reviennent chaque année … Bocaux de fruits et légumes, confitures, terrines … hummmm ! Tous alignés, rangés selon les contenus … avec de belles étiquettes home made … !
    Vos tampons sont magnifiques ! Peut etre un jour un petit tuto pour nous apprendre ! J’ai fait mes premiers essais avec des gommes mais je suis loin de vos résultats … mais je m’entraine !

  2. Moi, mon nombril

    Tes photos sont superbes.

    J’ai gardé ce goût de faire des bocaux et et je dis que ça vient de ma culture « petite maison dans la prairie ». Sur le moment je peste toujours un peu par manque de temps ou grosse chaleur au moment de faire la confiture de figues, mais après chaque fois que j’offre un pot je me fais autant plaisir que celui ou celle à qui je l’offre. Et l’hiver les oranges prennent le relais des fruits d’été pour confectionner du vin d’oranges. Puis de noix au mois de juin … et ainsi de suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée ! Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>