Une nouvelle gravure pour tester ma presse

Depuis maintenant pas mal de mois, j’économise pour m’acheter une presse. J’imprimais mes gravures à la main, avec le dos d’une cuillère et quand j’avais une vingtaine de tirages à imprimer à la suite, mon épaule droite me tiraillait. L’idée d’une presse faisait son chemin, mais laquelle choisir. Le choix allait vite être fait, le budget fut un des critères les plus limitant. Je m’étais donné un montant autour de 2000 € ce qui représente déjà pour moi une somme importante. Voire très importante. J’ai donc commencé à penser à ce projet il y a un an environ.

J’ai d’abord cherché sur les sites d’occasion, les forum de gravure divers et variés. Dans l’idéal j’aurais aimé une presse à épreuve, une presse typographique, qui est la plus adaptée à de la lino ou de la gravure sur bois. Mais je n’ai pas réussi à trouver ou alors hors budget. J’ai donc orienté mon choix malgré tout vers une presse taille douce. J’ai découvert l’atelier de Chartreuse, qui fabriquait des presse, conception française, petite production, usinage dans une petite usine. l’objet était beau, mon choix fut pris. Il ne me restait plus qu’à attendre… (et économiser mes bénéfices de la boutique).

La bête fut commandée il y a quelques semaines, et elle est arrivée ! Il ne me restait plus qu’à la tester. je n’avais pas envie d’utiliser une ancienne plaque pour cela, j’avais envie d’une projet tout nouveau, bien ambitieux évidemment, ne faisons pas les choses à moitié… J’avais fait une linogravure monochrome autour des figurines de Gzhel, je n’en ai pas fait d’articles (ça viendra) mais je l’ai montré sur Instagram. J’avais envie de poursuivre dans l’univers folklorique, et j’ai pensé aux petites figurines japonaises en papier mâché (Hariko signifie papier-mâché en japonais) représentant des petits animaux porte-bonheur, ces figurines sont également utilisées comme des jouets par les enfants, ils revêtent un symbole folklorique fort, les figurines hariko font partie de l’artisanat populaire depuis plus de 400 ans ! Mon choix était fait 🙂

J’ai fait pas mal de recherches. Je n’avais pas envie simplement de dessiner des figurines mais aussi d’apprendre leur signification. J’ai dessiné, gribouillé, testé et trouvé enfin une composition à quatre couleurs d’un ensemble des ces figurines, sur une planche A3. Pour tester la presse, je me suis dit qu’un grand format s’imposait et tant qu’à faire, graver une plaque par couleur ! Oui j’ai été plutôt ambitieuse…

J’ai sélectionné différents modèles :

  • Inu hariko : Petit chien symbolisant traditionnellement la protection, gardien de la maison et de la famille.
  • Daruma : figurine talisman de voeux, symbole de persévérance et de chance, illustrant un maître zen Bodhidharma ou Daruma, qui après neuf années assis sous un arbre, reçut l’illumination.
  • Shishi gashira : ou tête de lion, petit talisman contre le mal et le malheur, la magie du lion est forte au japon
  • Miharu goma : petit cheval en bois, dont la légende lui fait avoir sauvé un général shogun Sakanoue Tamuramaro lors d’une bataille, ce petit cheval aiderait donc à protéger les enfants, et représente la vaillance du corps. J’ai également symbolisé le cheval en forme hariko.
  • Poisson koi : la carpe représente le courage et la force, à cause de sa capacité à sauter des chutes d’eau. Ce sont des valeurs que les parents souhaitent voir attribuer aux enfants, et c’est pourquoi en forme de cerf-volants, elles sont attachées devant les maisons le jour de la fête des enfants le 8 mai au japon. J’ai utilisé différentes formes, koinobori hariko et en bois.
  • Akabeko hariko : (vache rouge) : Petit animal qui protégerait les enfants des maladies. Une légende dit que lors d’une épidémie de variole des enfants ayant ce jouet ne furent pas malades.
  • Usagi hariko : (lapin) : symbole de chance
  • Le pigeon est une amulette sous forme de jouet, qui (dans la province de Kyoto) empêcherait les enfants de trop pleurer.

Voici les étapes sous forme de photos avec commentaires. D’abord les dessins préliminaires pour chercher des formes des différentes figurines.

 

J’ai ensuite dessiné les formes finales, je les ai décalquées et scannées une à une, pour travailler sous photoshop une composition finale. J’ai également choisi et testé des couleurs de cette façon. Vu l’ampleur du travail de gravure ensuite ce travail préliminaire certes long était nécessaire pour anticiper les équilibres de couleurs et formes.

 

Sur chaque plaque de lino, j’ai décalqué les zones correspondant à une couleur. Il y avait donc une plaque par couleur.

 

La phase de gravure… Je n’ai pas compté les heures mais beaucoup.

 

 

 

La presse ! Comme je l’ai expliqué, c’est une presse taille douce. Le plateau ne bouge pas quand il n’est pas sous la hauteur du lino. Dans l’idéal il faudrait que j’installe des rails de chaque côté de la longueur du plateau, pour simuler la presse à épreuve. Mais l’insertion de la plaque dans un carton de hauteur similaire fait aussi l’affaire, j’accompagne le plateau à la main jusqu’au début du carton, et le rouleau est ensuite entraîné sur la longueur de la plaque. La difficulté est de trouver la bonne pression. Trop et la feuille est marquée des détails de coups de gouges sur la plaque hors motifs, pas assez l’encre n’adhère pas bien. Et évidemment, pour faire simple, cette pression est différente suivant les couleurs ! J’ai donc 2 tirages de calage obligatoire. Mais une fois le bon équilibre trouvé, c’est un vrai plaisir !

 

J’en profite pour vous montrer ma belle acquisition… Un rouleau en durathene. Une matière qui permet un dépôt agréable homogène et juste ce qu’il faut de l’encre sur le lino. Un vrai plaisir. Je me suis offert cette merveille avec la presse. Tant qu’à me faire plaisir autant en profiter 🙂

 

Pour les petites zones en revanche, le tout petit rouleau était nécessaire, car la presse ne pardonne pas les taches d’encre en dehors des zones à imprimer, tout se voit ensuite sur le papier. Les petits ratages doivent être nettoyés au chiffon avant impression, sous risque d’avoir une impression trop salie. Des minuscules traits peuvent passer, c’est quand même un travail artisanal ! Mais trop endommage le résultat final.

 

 

La troisième couleur revèle peu à peu la composition finale. La difficulté ici est de bien positionner les couleurs, pour ne pas avoir de décalages…

Dernière couleur : le noir. J’ai testé pour cette plaque une nouvelle encre. J’utilisais des encres à l’eau (Schmincke) dont je suis très satisfaite, ou des encres à l’huile (Gerstaeker) géniales, mais longues à sécher. J’ai testé pour ce noir les encres aqua wash de Charbonnel, à l’huile mais nettoyable à l’eau. En fait, je suis conquise, j’ai juste envie de remplacer tout mes tubes par cette encre.

 

Et voilà le résultat final !! Tel que je l’imaginais. La photo ne rend pas tout à fait la densité des couleurs. Maintenant l’avantage avec plusieurs plaques, c’est que j’ai envie de tester dans d’autres gammes de couleurs.J’avais choisi dans un premier temps les couleurs traditionnelles des figurines, mais pourquoi ne pas prendre un peu de libertés ?

Je n’ai que 2 tirages corrects (sur 6 faits). Mais je crois que l’arrivée de cette presse est le début de belles réalisations. Ces petites figurines japonaises se prêteraient bien au tampon, je pense que que vais proposer une petite série de tampons « hariko » !

 

Enregistrer

Enregistrer

18 réponses sur “Une nouvelle gravure pour tester ma presse”

  1. Pingback: Mix de tampons et de linogravure pour ma nouvelle création | La Fabutineuse

  2. La Joyeuse Théoricienne

    Super intéressant de voir de voir les étapes !! Qu’est-ce que tu devais être excitée quand tu l’as reçue cette nouvelle presse !!!!
    Merci pour les info sur les traditions du Japon et merci de réussir à transmettre ta passion !!
    Bravo, c’est trop beau ^^
    Vive la gravure 😀

  3. Miss marmotte

    Je n’ai plus suffisamment de temps pour écrire régulièrement, mais je reste admirative et vous remercie pour votre partage, toujours si subtile et fin dans les moindres détails, nous accompagnant pour nous permettre de découvrir et je reste totalement émerveillée. Quelle joie cela a dû être de recevoir cette magnifique presse, tout dans votre cheminement jusqu’à la voir poser dans votre atelier me parle et me touche……je vous souhaite de bien beaux projets et belles régalades de réalisations à venir….bon week-end.

  4. marionromain

    C’est superbe ! Je rêve d’investir dans une presse moi aussi, ne pouvoir imprimer mes linogravures qu’une fois par mois, lorsque je me rends dans l’atelier des Beaux Arts de ma ville, me frustre au plus point, car j’aurais envie de plus. Mais c’est un tel investissement, et en plus de ça, un tel risque sans l’assurance d’être finalement satisfaite par le choix que je ferais, que ce n’est pour l’instant qu’un doux rêve.

    Pour ce qui est de l’Aqua Wash, je n’utilise qu’elles !

    1. FabienneFabienne Auteur

      Avoir accès à un atelier est malgré tout une belle opportunité pour toi aussi ! Pour les encres aquawash, elles semblent quand même sécher aussi lentement que mes Gerstaecker, moi qui suis impatiente j’ai du mal 🙂 Le gros avantage reste quand même dans le lavage des outils à l’eau !! Merci à toi.

  5. CLAIRE

    Tes explications claires et bien photographiées montrent bien la difficulté de ce travail et ta ténacité !
    Cette nouvelle presse va te donner des ailes …
    Je ne peux que répéter : Bravo !
    Bises

    1. FabienneFabienne Auteur

      La ténacité, tu as bien raison, j’ai poussé au delà de ma fatigue corporelle pour finir cet essai en plusieurs jours… la gravure de lino est presque physique quand on en fait des heures d’affilée. Mais comme tu le dis, cela me donne des ailes 🙂 Merci à toi de ta présence toujours constante et amicale ici. Bises

  6. Caroline

    Je ne me lasse pas de te lire…et de suivre tes essais, tes bouillonnements ! Merci encore de partager tout ça.
    Et pis c’est beau ! Tout simplement.

    1. FabienneFabienne Auteur

      Merci beaucoup Caroline ! Ta copine vue à Paris 😉 me disais que tu aimais effectivement ces recherches, cela me fait très plaisir, bonnes gravures à toi aussi, tu t’y mets quand même de façon tout à fait honorable c’est très joli bravo en tous les cas aussi 🙂

    1. FabienneFabienne Auteur

      Merci Vanessa, effectivement d’autres couleurs promettent d’autres résultats j’ai déjà hâte 🙂

  7. la petite verrière

    Quel travail Fabienne ! Tu as eu bien raison de te faire plaisir avec du bon matériel, le résultat est étonnant, très pro, et tu n’as pas fini de découvrir les performances de ce bijou. Je suis toujours aussi admirative de la finesse de ton trait de gouge !!
    Merci de ton partage, extrêmement intéressant ! Bises.

    1. FabienneFabienne Auteur

      Merci Claudie ! Effectivement j’ai de quoi prospecter les performances de cette bête 🙂 Plein d’envies, mais ces derniers jours j’ai aussi profité du jardin 🙂 J’espère vite me remettre dessus 🙂 Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée ! Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>