Une année à tomates

Cette année, j’étais décidée à ne pas rater mes plantations de tomates. Notre jardin est tout petit, la maison étant grande avec pleins d’espaces ateliers, située en ville, forcément les espaces extérieurs en ont pâtit. Il n’est pas très bien situé (nord / nord-est, à l’arrière des ateliers, l’avantage c’est que j’ai une vue sur le jardin) et ne reçoit pas un grand soleil toute la journée. II a tendance à rester humide quand il a plu, l’hiver il devient très humide bref, des conditions qui ne sont pas idéales pour y planter des tomates. Et pourtant c’est la seule plantation que je trouve réellement intéressante dans un jardin. Je ne sais pas si vous êtes d’accord, mais les autres légumes d’été n’ont pas une aussi grande différence de saveur entre ceux que l’on achète sur le marché et ceux dans notre jardin (courgettes par exemple). Et les prix des tomates aux variétés anciennes reste quand même plus cher, alors que le kilo de courgette en pleine saison baisse pas mal.

Dans mon « autre » travail, j’ai parfois l’occasion de travailler avec l’institut de l’agriculture biologique, et je connais bien un des experts, qui a (comme moi) une double activité, mais liée à ses compétences d’ingénieur agronome (alors que moi je fais le grand écart entre activité scientifique et artistique). Il est auteur de livres autour du jardin, des cultures, du sol, il a un superbe et immense jardin dans le sud de la France qu’il utilise pour ses livres chez Terre Vivante… Il a écrit entre autres un livre sur la culture de tomates. J’ai donc suivi scrupuleusement tous ses conseils. J’ai notamment paillé mes tomates en deux fois, je suis allée chercher de la paille chez un agriculteur bio de ma commune (trouvé sur les pages jaunes). Je crois que c’était vraiment le truc en plus. Je n’ai jamais arrosé mes tomates cette année, et elles n’ont pas été malades du tout.

Ma récolte a été beaucoup plus importante que les autres années, j’avais planté une 15 aine de plants de plusieurs variétés (un collègue m’avait donné les jeunes plants). Du coup, j’ai eu envie d’aller plus loin pour l’année prochaine et de faire moi même mes semences. J’ai récolté les graines dans des tomates mûres et réalisé des jolis sachets pour les ranger avec un tampon étiquette / tomate. J’espère arriver à les faire germer, j’aimerais aussi mettre plus de plants et des variétés encore différentes. J’ai adoré la variété « green zebra », quand elle est bien mûre, la tomate est légèrement acidulée mais avec beaucoup de goût. J’ai du mal à convaincre mon plus jeune fils d’aimer les tomates, je lui ai fait goûter une variété « ananas » (jaune et sucrée achetée dans le commerce), et l’an prochain j’ai l’intention d’en planter avec d’autres variétés très douces et sucrées comme « striped german » « oxheart striped » ou « coyote ». Blaise m’a envoyé des graines à tester, après lui avoir demandé des conseils de variétés.

J’ai fait pour l’occasion un tampon pour faire de jolis sachets de graines. Les sachets ont été chinés, je n’en ai pas beaucoup. Mais si vous le souhaitez je peux faire des lots de 8 sachets en kraft. Contactez moi si cela vous intéresse. J’envisage d’en mettre en boutique mais je manque de temps pour le faire rapidement.

 

 

 

Pour enlever facilement le mucilage autour des graines, il faut les faire tremper quelques jours dans de l’eau, jusqu’à apparition d’un fil blanchâtre, sans aller jusqu’à laisser pourrir, ce film, signe de début de décomposition de la matière végétale. Ensuite on verse ce mélange dans un bol avec un rajout d’eau, battage au fouet et rinçage à grande eau dans un chinois à maille fine, les graines sont prête à être séchées sur un morceau de papier absorbant.

 

 

 

 

6 réponses sur “Une année à tomates”

  1. Miss marmotte

    Merci beaucoup pour ce long message, si intéressant, j’adoooooore manger des tomates, mais à 1200m d’altitude, nous nous sommes dans la tomate cerise, car les classiques se forment, mais ne mûrissent pas, elles n’en ont pas le temps….! oui, vos pochettes sont adorables…!

  2. catherine

    J aime beaucoup ton tampon! Je sème et ensuite récolte les graines de mes tomates depuis très longtemps, j ai 2 serres qui ne me s er vent que pour elles.
    D’ailleurs il y a à 2 ans sur mon blog j’avais bien décrit toutes les étapes de récolte de graines .
    Je me mets sur les rangs pour tes sachets?Et si tu refais un tampon,je veux bien en acheter un il me servira
    à bientôt Catherine Côté terres
    la preferee est la rose de Berne!

  3. la petite verrière

    Merci Fabienne pour cet article très instructif ! Je viens de le faire lire au jardinier de la maison. La récolte n’a pas été très bonne, l’homme pense que la terre des tomates était trop pauvre n’ayant pas pratiqué cette année de rotation de culture pour les tomates , ni utilisé de compost.
    Merci pour l’info pour récupérer les graines. Pour l’instant on achète des plants bio, mais faire tout de A à Z est tout de même plus satisfaisant.
    Bravo pour tes tampons, sur des sachets anciens, c’est une réussite ! Bises.

  4. sauterelle verte

    J’adore tes pochettes!!!!
    Je suis comme toi, je trouve que c’est vraiment intéressant de cultiver soi même ses tomates pour une question de goût et aussi les fraises! Cette année pour nous aussi la récolte a été bonne, on en mange encore. Ce qui a fait pour nous la différence depuis l’année dernière déjà, c’est le fait d’avoir créé une sorte de d’abri, presque une serre. Elles s’abîment beaucoup moins, attrapent moins de maladies. Il faut certes les arroser plus souvent, chez moi l’été les températures peuvent monter très haut, mais avec l’eau du ruisseau à côté, ça va!!

  5. CLAIRE

    On apprend toujours plein de choses sur ton blog … encore une fois, merci pour tout ça !
    J’aimerais beaucoup pouvoir cultiver des variétés de tomates … mais j’ai peu de jardin, mais surtout du sable plutôt que de la terre … et pas d’amendement (sauf mon compost). Après une année avec essai décevant en pleine terre, j’ai essayé en pots cette année. Un peu mieux, mais pas de quoi faire des conserves (surtout qu’on adore les manger juste avec du sel !!!).
    Je te souhaite une très belle récolte l’an prochain, avec toutes tes belles variétés et les conseils de ton collègue … surtout que les graines, conservées dans de si jolies pochettes, seront de très bonne humeur pour germer !
    Bises

  6. Val Lao sur la Colline

    Très intéressant billet. Je suis d’accord avec toi, les tomates du jardin sont bien meilleures que toutes les autres 🙂 ! Celles vendues dans le commerce sont sans saveur mais chez les primeurs on commence à trouver des étals de variétés anciennes. Et des variétés, il y en a !!!
    Nous avons à côté de chez nous un maraîcher bio qui est un dingue de tomates. Il en a un nombre de variétés extraordinaire ! Il nous avait fait une soirée « dégustation » c’était extra. Moi aussi j’aime la Green Zébra et l’ananas. Mais je crois que je les aime toutes…
    On lui en achète plusieurs kilos par an, cette semaine encore, mais aussi des plants pour notre potager. On s’essaye à la permaculture depuis 2 ans. On n’est pas encore trop au point et pour l’instant on n’a pas fait nos semis de tomates.
    Tes pochettes sont adorables 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée ! Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>