Retour des ateliers Initiation et Perfectionnement chez JUNKU

Je suis plutôt en retard sur la publications d’articles, j’ai même du lâcher le challenge « march meet the maker », je le reprendrai en retard, parce que cela m’intéresse aussi de terminer ce partage d’informations sur mon travail. Avec l’activité intense de préparation des ateliers et du marché de créateurs de ce week-end ! Je n’ai pas le temps de préparer des articles et pourtant j’ai pas mal de choses à vous montrer.

Je remercie à nouveau chaleureusement la librairie Junku à Paris, qui me permet d’envahir leur espace le temps de ces ateliers (parfois un peu bruyants…). Je profite pour vous donner une petite indication sur le nom, Junkudo est un nom traditionnel pour « boutique » en japonais. Les libraires au Japon ont également traditionnellement des tabliers passés sous des vêtements de ville. C’est pour cela que dans cette librairie, les personnes y travaillant portent des tabliers, c’est une pratique de cette profession.

Je ne voulais pas trop tarder à la publication de cet article afin de partager avec vous un retour sur ces ateliers. Je proposais 2 ateliers initiation, et 1 atelier perfectionnement. Si j’ai maintenant un bon recul sur les niveaux d’initiation et sur ce que l’on peut faire en 2 heures, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre sur du perfectionnement. Je crois que j’ai été un peu ambitieuse pour les participantes, et je m’en excuse un peu 🙂 Les pauvres ont souffert un peu ! « Professeur Fabienne » (comme on me nomme dans les articles sur mes ateliers sur le site de Hinodewashi) a donné des motifs difficiles !

Comme d’habitude il y a une très bonne ambiance durant ces deux heures d’atelier ! C’est un plaisir pour moi de rencontrer des personnes souhaitant graver, parfois de mettre des visages sur des noms ou comptes IG qui commentent et me suivent sur Instagram 🙂 C’est le bonus plaisir de ces rencontres en vrai et j’aime beaucoup cela.

Nous avons gravé dans les gommes Hinodewashi, avec qui je suis en partenariat pour les ateliers, et il est vrai qu’on peut ainsi travailler dans de très bonnes conditions.

Pour la partie perfectionnement j’avais prévu deux tampons, un entièrement à la gouge, un entièrement au cutter de précision, je me disais, 1 par heure ça sera ok 🙂 et bien euh je reverrai cela à l’avenir, car ce n’était pas si simple. Il faudra que je distingue le perfectionnement gouge de celui au cutter de précision, pour lequel une bonne partie des participantes s’y mettaient pour la première fois, du coup la difficulté des motifs n’arrangeait pas les choses aie aie aie 🙂

Bon ouf on a bien terminé et je crois que les gestes sont acquis pour la plupart il n’y aura plus qu’à (oui oui facile à dire hum) refaire à la maison, pour améliorer les gestes et la fluidité des mouvements…

Merci à toutes et tous (oui oui nous avions un représentant masculin avec nous 🙂 ) j’ai pu encore passer d’excellents moments en votre compagnie.

Voici les photos de ces ateliers, certaines personnes n’ayant pas souhaité apparaître sur Internet, tout le monde n’est pas visible.

Les prochains ateliers chez Junku ne seront pas programmés avant la rentrée scolaire (voire début automne). Mais il y en aura, et peut-être plus de perfectionnement que d’initiation, j’envisage éventuellement 2 perfectionnement, 1 initiation. Outre le fait que nous mobilisons un espace dans la librairie, et qu’il n’est pas trop possible de le faire aux heures d’affluence, 3 ateliers dans le week-end, c’est le maximum de mes possibilités, c’est une belle épreuve physique à réaliser pour moi quand même, je suis rentrée fourbue mais heureuse dans ma province angevine !

J’envisage peut-être un nouvel atelier longue durée à la maison mi juillet, si cela intéresse des personnes, contactez-moi !

 

Le kit des participantes : Les gommes, les motifs à décalquer et la petite pochette en coton cousue par mes soins, pour faire des impressions tissu

 

Le lieu des ateliers, nous sommes séparés en 2 parties, 9 participants maxi

 

(une partie) Des participantes du vendredi soir !

 

 

Les participants du vendredi matin

Les motifs prévus pour le perfectionnement, l’oiseau au cutter et les carpes koi à la gouge…

 

euh… Il faut bien réfléchir aux traits que l’on enlève et ceux que l’on détoure…

 

Les participantes à l’atelier perfectionnement !

La librairie propose mon livre et j’ai le plaisir de faire quelques dédicaces en fin d’atelier MERCI

March meet the maker : semaine 1

Via Instagram, je participe à un challenge intitulé March meet the maker, ou encore « mars rencontre les créateurs ». Il a été crée par Joanne Hawker, et je crois qu’il y a plusieurs milliers de personnes qui le suivent partout dans le monde, c’est assez « amazing » 🙂

Je participe rarement à des challenges, mais celui-ci me parait plutôt adapté pour parler un peu de moi autrement et par des chemins un peu différents. Durant tous le mois de mars, un thème est imposé chaque jour, et l’idée ce n’est pas simplement de mettre une photo, mais bien de dévoiler un peu plus ce qui fait notre activité, qui, quoi, comment, pourquoi.

Chaque jour j’essaye de poster une photo réfléchie avant, pour parler de moi et de ce qui m’anime. J’essaye donc de réfléchir avant et de préparer même ce que je veux montrer. J’ai décidé de laisser une autre trace de ce challenge en faisant un billet par semaine sur le blog qui récapitule le challenge.

Voici donc la première semaine (ou 9 premiers jours) de ce challenge avec les thèmes correspondants, ici dans cet article je développe un peu plus les réponses aux thèmes, par rapport à ce que j’ai pu indiquer sur IG.

JOUR 1 : YOU (qui suis-je) ?

Je ne vais pas trop détailler des éléments basiques, que l’ont trouve ici, sur le blog dans l’à propos. J’y ai enlevé mon âge cette année, parce que… comment dire… passé 45 ans, je n’avais plus envie de voir ce chiffre posé de façon aussi flagrante 🙂 Je me sens jeune, mes ados me rappellent bien que je ne le suis plus tant, même s’ils me disent parfois que je fais plus jeune que la maman d’un(e)tel qui est pourtant moins âgée. Je vais cependant vous en dire un peu plus sur mon métier de « bureau ». Je suis Ingénieur en environnement coordinatrice et chef de projets, je travaille sur des projets très divers au quotidien, qui vont de suivi de programmes de recherche sur la bioéconomie, à des projets territoriaux qui mêlent des acteurs de territoire très divers comme les collectivités au monde agricole autour de l’économie circulaire. Ma fonction est également très transversale à des métiers différents (côtoyant des scientifiques, des ministères, aux services communication lors de l’organisation de séminaires). C’est très prenant, cela me demande beaucoup d’énergie et même d’investissement au quotidien. Étant en recomposition familiale, mais malgré tout « maman solo » (mon conjoint n’étant forcément pas le papa de mes enfants), même si mon conjoint est très présent au quotidien pour la maison, je gère seule ce qui concerne mes enfants pour tout ce qui est des domaines scolaires, quotidiens etc ce qui n’est pas toujours évident non plus. Vous comprendrez pourquoi j’ai fait des choix très stricts sur ce que je fais ou non ici, dans cet espace créatif. Pourquoi parfois je suis un peu absente. Il m’arrive de vouloir être à 100% sur la gravure mais est-ce que cela serait aussi libre finalement ? Peut-être pas. J’essaye d’être bien là où je suis et de prendre ce qu’il y a de bon à prendre. La photo date du mois dernier.

 

JOUR 2 : « Fav to make » ce que je préfère faire

Je disais que « étrangement » c’est graver…Pourquoi étrangement ? Parce que ce n’est pas la partie la plus importante de mon activité. Une fois le motif gravé je passe plus de temps à l’utiliser, à coudre préparer les choses faites avec le matériau (papier, tissu) imprimé. En fait, c’est la seule chose qui me fait oublier où je suis durant des heures. J’aime le mouvement de rencontre des outils avec la matière que ce soit gomme, lino ou bois.

C’est aussi pour cela que j’aime de plus en plus la gravure sur lino ou bois. J’ai envie de développer cela à l’avenir.

 

JOUR 3 : Workspace : Mon espace de travail

Cette photo date de quelques mois. Au jour du challenge, mon atelier était tellement en bazar qu’il était impossible de prendre une photo. Je suis en train de repenser mon espace. Comme je vous le disais j’ai envie de développer plus la partie gravure et je vais accueillir une presse de gravure je pense en avril mai. Mon espace de travail se compose de 2 pièces. La première est assez petite et fermée avec vue sur le jardin (et le couple de geais de moins en moins farouches). Elle est cosy et j’y suis pour graver, dessiner, écrire cet article par exemple, ou me reposer dans un fauteuil quand j’ai envie d’un peu de solitude. Voici deux petites vidéos de cette pièce prises ce week-end, et

Atelier partie 1

Atelier Partie 2

L’autre pièce a été rangée entre temps, elle est beaucoup plus grande, moins éclairée, car c’est le niveau 0 de la maison aménagé en pièces d’ateliers. J’ai donc un espace pour imprimer, scier, ranger mes matériaux (encres, papiers, tissus) et accueillir la presse bientôt. Je vous rajoute également une petite vidéo (mises dans mes stories d’instagram) de cet espace rangé ce week-end, même s’il n’est pas finalisé comme je le souhaiterais encore.

Atelier 2

JOUR 4 : tools (mes outils)

Voici les outils que j’utilise pour la gravure. J’ai acheté des gouges japonaises cette année pour la linogravure et le bois je vois la différence de travail. Ces outils sont réalisés à la main par des artisans japonais, pour le travail de gravure d’estampes.

L’artisanat demande du temps et de la réflexion. J’ai une vision du travail manuel connecté avec la nature. Je trouve que cela m’ancre dans une vie plus lente calme et posée. Travailler un morceau de lino pour en faire une image c’est suspendre le temps et faire une pause dans une bulle à l’opposé de nos vies qui filent. Les beaux outils me ramènent à cela la beauté des gestes lents. J’aime aussi utiliser les anciens outils. Mes spatules par exemple ont des beaux manches en bois patinés. C’est aussi important pour moi de travailler avec de beaux outils que le résultat final de mon travail. C’est une démarche globale de m’imprégner de cela dans mon activité. C’est aussi pour cela (et je digresse un peu mais vous ne m’en voudrez pas j’espère) que j’aime autant l’art populaire folk et les objets anciens. L’art populaire c’est l’art du peuple, de tout le monde, beaucoup d’objets d’art populaire, sont des objets du quotidien ou des outils de travail décorés pour qu’ils soient plus beaux. Ces personnes n’étaient pas artistes mais aimaient les belles choses et utilisaient ces objets au quotidien. J’aime cette démarche et cela me nourrit d’avoir des beaux outils avec lesquels je travaille.

JOUR 5 : Boomerang

Il fallait faire quelque chose avec cette application, qui filme quelques secondes d’une action et la répète à l’infini.

BOOMERANG (cliquez ici pour voir l’animation)

Le jour de ce thème était dimanche. Je me suis levée très tôt pour aller à l’atelier et il pleuvait beaucoup. Le temps était gris et sombre et devant la vitre de la cuisine, je pensais à ce que j’allais pouvoir faire avec l’application boomerang. Il fallait que cela soit lié à moi, mon activité. Les gouttes de pluie descendaient lentement sur la vitre, on entendait des bourrasques dehors alors que la maison était ultra silencieuse du sommeil des autres, j’étais la première levée un dimanche, comme souvent, pour grappiller des heures, parce que le lendemain je retournais déjà au bureau. Et je me suis dit, voilà, cela parle de moi et de mon quotidien du week-end. Me lever toujours (trop) tôt, je n’arrive pas à rester au lit, une petite voix est présente et me dit « allez tu vas faire ça et ça, tu peux avancer ça » et je n’ai plus qu’une envie c’est d’être dans l’atelier. Voici donc pourquoi vous voyez cette petite goutte de pluie qui monte et descend un jour de pluie bien gris, pour illustrer la répétition de ces moments dans ma vie de créatrice.

 

JOUR 6 : raw materials (matériaux bruts)

Les matériaux avant transformation. En gravure ils sont divers : Bois, linoléum gris ou brun (le gris contient un peu plus d’huile de lin il est moins dur que le brun) et gommes japonaises. Les encres pour l’impression. Cette façon de détailler les outils à part et les matériaux fait mettre en évidence toute la part de créativité nécessaire pour passer des uns au résultat final. C’est plutôt fabuleux de se dire que l’essentiel du process c’est la créativité en chacun de nous.

 

JOUR 7 : « How it’s made » : comment c’est fait

Plutôt que de montrer la phase gravure j’avais envie de partager le processus de réalisation, de comment on arrive au résultat final non pas par la technique, mais par l’idée.

D’où vient l’idée en somme. J’essaye souvent de vous expliquer mon processus créatif. Parce que pour moi, c’est ce qui distingue chaque personne. C’est facile de copier des motifs vus et de les présenter, de les vendre, je hurle parfois de voir des copies qui font fi des droits à l’image, qui ne sont pas respectueux des personnes qui ont passé du temps à créer cela, il y a des personnes derrière chaque création. C’est facile de refaire quelque chose qui marche ailleurs. Ce qui est plus difficile et plus risqué finalement, c’est au contraire de faire quelque chose qui n’a pas été vu, j’essaye d’appliquer cela, de créer dans un univers qui m’est propre. Quand j’ai une idée est présente souvent je cherche bien sur Pinterest (qui commence à bien regrouper ce qui existe) si ça existe, et quand je ne vois rien alors ça me plaît beaucoup de le faire. Bien sûr il y a des choses similaires dans les motifs de tampons. (je ne vais pas dire j’ai inventé le philodendron par exemple, certains motifs se voient partout et son reproduits par beaucoup c’est ainsi, ça fait partie des « basiques »). Je parle de vraies idées, comme mes gravures, bouquets en pot d’épices par exemple, mes tampons femme du monde, ou ici, présentées les gravures « art déco ».

.Je pars d’une contrainte qui va me permettre de multiplier les formes. Ici la contrainte est le style art déco en gravure + 2 couleurs + doré à la fin ». Je passe énormément de temps en travail de recherche de ce qui fait le style art déco l’historique, le style, les principes, l’histoire de l’art en somme j’aime beaucoup apprendre ces choses et inclure ces parties qui forment et cultivent mon regard d’autant plus qu’étant autodidacte je n’ai pu le faire dans une formation. Le faire par plaisir est un cadeau. Je libère ensuite cela dans des croquis pour adapter le style à ma forme sélectionnée en cherchant les couleurs en même temps. Puis j’affine et teste le résultat en dessin. Quand cela me convient je prépare les étapes de gravure et je n’ai plus qu’à dérouler mes choix retenus. Finalement le plus gros du travail est en amont et ne se voit pas pourtant j’y passe des jours !

 

JOUR 8 : Where (où j’habite) 

Depuis 20 ans, venue de Moselle nord pour mon travail de bureau, j’habite à Angers (Une ville en périphérie). Je suis à 5 minutes du centre et de la Maine, rivière méconnue car elle ne fait que 11 km avant de se jeter dans la Loire.

La douceur angevine n’est pas un mythe nous avons des étés indiens magnifiques. Je ne me sens pas plus attachée cette région, même si elle est très agréable. J’imagine même un jour vivre au bord de l’Atlantique, nous aimons beaucoup St Nazaire par exemple. 

Voilà, c’est fini pour cette première semaine.

Je vous dis rendez-vous la semaine prochaine, pour un récapitulatif de la 2ème semaine de ce challenge. Si vous voulez suivre quotidiennement mes publication, abonnez vous à mon Instagram.

A très vite.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Marché de créateurs du Bastringue général 31 mars, 1 et 2 avril

Je participe peu à des marchés de créateurs, principalement parce que je manque de temps pour préparer des stocks nécessaires à ce type d’événement. Dans ma région, à Angers, nous avons la chance d’avoir une association « Le Batringue » qui promeut le travail des créateurs à travers des événements originaux. Le concept du Bastringue général, c’est de mettre en avant des créateurs et artistes professionnels qui n’ont pas de « boutique » en vrai, dans un cadre original qui mêle, l’expo-vente, des ateliers de démonstration ou d’initiation, des concerts. Le tout dans un endroit complètement métamorphosé, scénographié de façon très originale. l’équipe prépare les lieux, et nos créations sont installées dans ce lieu de façon à être le mieux mises en avant.

Il y a même un espace jeux pour les enfants, afin que les parents puissent flâner en toute sérénité…

Dans les cadre des journées européennes des métiers d’art, le Bastringue général organise un marché de créateurs aux Ponts-de-Cé, en périphérie d’Angers les 31 mars, 1 et 2 avril.

J’aime beaucoup ce concept et c’est pour cela que c’est un marché auquel j’aime participer. C’est le 3ème fois que je suis dans les créateurs qui exposent et j’en suis ravie.

 

 

J’exposerai mes créations, avec des nouveautés spécialement réalisées pour l’occasion, des tissus imprimés, des torchons originaux, réalisés à partir de cotons up-cyclés (anciens draps de coton de qualité) imprimés de cafetières, théières à la façon des objets émaillés des années 50-60.

Des jolies trousses aux motifs folkloriques avec des tissus coordonnés.

Il y aura également mes gravures, des carnets réalisés à partir de linogravures, les petits sachets pour conserver les graines, les sachets de tisanes du jardin et tous les tampons gravés à la main…

Je propose le samedi 1 avril à 16h30 un petit atelier d’initiation à la gravure, à un prix extrêmement modique… On gravera des poissons (pour un 1er avril, cela s’imposait).

Si vous voulez voir le programme complet, c’est PAR ICI (CLIC CLIC).

Je vous dis peut-être à bientôt pour une rencontre lors de ces journées. Si vous voulez voir ce que je prépare pour ce marché, suivez moi sur Instagram où je partage mes réalisations au fur et à mesure.

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

L’abécédaire botanique en tampons : D comme Digitale

Je prépare un marché de créateurs (infos à venir) qui aura lieu fin mars à Angers (enfin en limite de commune), et donc je suis plutôt occupée à faire beaucoup de choses pour ce marché au lieu d’avancer dans mon projet 52 : l’abécédaire botanique. je vais essayer de rattraper mon retard en réalisant une autre lettre la semaine prochaine.

Je voulais faire une digitale. Sur le papier le dessin était très bien, mais je suis un peu déçue du résultat en tampon, il n’est pas dit que je ne referais pas cette lettre plus tard. En attendant je vous la présente quand même (cela fait avancer mon projet quand même).

J’aime déjà les 3 lettres posées côte à côte, cela donne une micro idée de quand il y en aura 26 !!

 

 

 

 

 

très belle journée

Prochain atelier gravure de tampons à Paris chez JUNKU : Initiation et Perfectionnement

Je reviens sur Paris fin mars pour une nouvelle série d’ateliers de gravure de tampons à la librairie japonaise Junku rue des Pyramides dans le 1er arrondissement.

Cette fois ci je propose 3 sessions avec 2 niveaux de gravure. 2 sessions de niveau débutant pour se familiariser avec les outils les techniques et graver des motifs simples à la gouge et au cutter. 1 session de perfectionnement où je vous proposerai de graver des motifs plus compliqués avec de l’écriture et je pourrai vous suivre personnellement pour que vous puissiez vous perfectionner si vous avez déjà utilisé des gouges et gravé un peu. Comme c’est le première fois que je propose cette session, il n’y en n’a qu’une.

Dans chaque session, nous réaliserons plusieurs motifs ainsi que des impressions textile et papier.

Les dates prévues sont le vendredi 24 mars de 17h30 à 19h30, et le samedi 25 mars le niveau débutant de 10h à 12h, et le niveau perfectionnement de 13h à 15h.

Les inscriptions se font en téléphonant directement à la librairie JUNKU (0142608912). Les places sont limitées à 8-9 personnes par session.

 

A  très vite

Apprendre la gravure de gomme et faire ses tampons avec A Little Mercerie

Il y a quelques semaines, Marion de la fine équipe de A Little Mercerie, m’a contacté pour me proposer de faire quelques tutos pour apprendre la gravure de tampons. J’ai réalisé plusieurs petites vidéos beaucoup plus parlantes que des photos, pour poser les bases de la gravure de gomme, pour qui n’en a encore jamais fait.

Ces vidéos vous montreront comment utiliser les outils, gouges, cutter de précision, et des petites bases pour imprimer sur le textile. Je me suis bien amusée à réaliser ces vidéos, et ici je remercie beaucoup mon fils aîné qui m’a aidé à apprivoiser la bête qu’était son logiciel de montage vidéo, je le remercie de sa patience aussi. On a enregistré d’abord les vidéos, puis on les a monté et enregistré le son en dernier, pour qu’il corresponde exactement à la durée de la vidéo (puisque des parties sont accélérées) et aux éléments techniques que je voulais donner à toutes celles et ceux qui auraient envie de se mettre à la gravure.

C’est en suivant ce lien, que vous pourrez les voir ! 

Je profite de cet article pour vous annoncer un peu en avant première que je serai de nouveau à Paris à la librairie JUNKU en mars pour des ateliers d’initiation à la gravure. Les dates exactes et toutes les informations très vite.

Belle journée à vous !

 

 

 

Linogravure art déco 5 : Brume d’été

Voici la 5ème gravure de cette série façon « art déco ». Elle est déjà en boutique depuis quelques temps, mais je voulais partager les photos de sa réalisation. La technique de réduction qui permet couleur après couleur de révéler le motif de la composition finale. Il reste une gravure à réaliser, je voulais faire environ 6 compositions, je ne sais quand elle sera prête, j’ai des envies de vert et de jaune (je pense même à un motif avec du mimosa pourquoi pas) pour une composition fraîche.

Comme je vous l’ai déjà dit lors de cette série, les inspirations étant des affiches de parfum ou eaux de Cologne des années art-déco, j’ai de nouveau cherché un nom en forme de clin d’œil à cette référence.

Voici les étapes de « Brume d’été » que vous trouverez en boutique, il y a 12 tirages, comme pour les autres gravures, seul un nombre restreint est à la vente.

 

La plaque de lino au départ

 

Les motifs sont gravés pour le passage de la deuxième couleur.

 

 

Enfin, la même plaque de lino est gravée à nouveau pour l’impression finale d’une encre dorée typographique (à base d’huile).

L’abécédaire botanique en tampons: P comme Pavot

Deuxième opus de mon projet 52 : L’abécédaire botanique. Comme je vous le disais dans le premier article, je ne vais pas suivre l’alphabet de A à Z, mais choisir des lettres dans le désordre pour un graphisme peut-être plus régulier quand l’ensemble sera terminé. J’essaye d’être rigoureuse et de vous publier une lettre toutes les deux semaines. J’espère tenir ainsi, ce n’est pas évident car en ce moment le rythme est quand même assez chargé. Mais c’est une belle motivation que cet exercice régulier.

Je poursuis donc par la lettre P, et forcément, la présence de jolis pavots roses dans mon jardin à la belle saison, m’a influencée. J’ai donc gravé ces jolies fleurs dans le format de cet abécédaire. Voici la lettre P

J’ai imprimé les tampons et fait des scans pour les travailler en « illustrations » sur mes photos. La gomme utilisée est toujours la gomme Hinodewashi dureté forte qui permet de graver des fins détails nets.

 

titre abecedaire botanique pavot la fabutineuse

 

Les jolies fleurs en fond, cela me donne envie d’être au mois de juin, des feuilles de pavots semblent déjà apparaître dans le jardin.

photo pavots et tampons la fabutieneuse rectangle

 

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 4

 

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 2

 

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 1

 

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 3

 

Le dessin préliminaire, avant d’être transféré sur la gomme.

abecedaire botanique la fabutineuse pavot

 

Et voilà, déjà deux tampons de cette série, hâte d’en avoir plein…

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 5

 

abecedaire botanique la fabutineuse pavot 6

 

Bonne journée à vous !!

 

 

Enregistrer

Une jolie série de tampons pour déclarer sa flamme ou pas

Dans l’envie de regraver des tampons depuis le début de l’année, je mets en pratique des idées griffonnées sur mes carnets d’idées depuis des années des mois. Une série de tampons cœur, de différentes tailles et différents modèles. J’avais envie de motifs différents, mais qui se répondent subtilement, de sorte qu’on puisse les utiliser comme on veut.

A tamponner sur des cartes pour des mots doux à la Saint Valentin, ou même à utiliser en mode décoratif, sur des serviettes de tissu, des pochettes ou même sur d’autres matières. Dans mon livre « tampons gravés, motifs en voyages » j’avais proposé un miroir mexicain, où j’avais réalisé des motifs en porcelaine froide, imprimée de motifs, dont un cœur « milagro ».

Ces tampons se prêtent à la série ou façon délicate sobrement posé au milieu d’une feuille. Moi qui suis plutôt fouillis et tendance collectionneuse. j’aime les séries.

D’ailleurs je fais une digression dans ce billet, puisque je parle de collection et de fouillis, et j’annonce bientôt la création d’un compte INSTAGRAM à part, où je vais céder pas mal d’objets chinés en brocante depuis des années. Car j’ai des envies de changement de déco, et dans la maison j’ai accumulé plein de choses dont j’ai envie de me séparer (dont probablement ma collection de pommes glaçons). Dès que j’ai un peu de temps je fais les photos et ouvre ce compte, j’annoncerai cela sur mon instagram, si cela vous intéresse, guettez bien 🙂

Bon voici quand même et enfin, ces jolis cœurs gravés dans de la gomme japonaise Hinodewashi, qui sont disponibles en boutique, en toute petite série de 2-3. Je n’ai plus de temps pour en refaire ensuite, j’ai pleins d’autres projets en cours, n’hésitez pas trop longtemps… Cette année débute de façon bouillonnante et effervescente ! A très bientôt 🙂

 

coeurs_tampons_graves_a_la_main_la_fabutineuse_3

 

gomme_hinodewashi_coeur_la_faburineuse_1

 

gomme_hinodewashi_coeur_la_faburineuse_2

 

les coeurs la fabutineuse 1

 

les jolis coeurs la fabutineuse tampons graves en gomme

 

les coeurs tampons la fabutineuse

 

tampons_coeurs_tiroir_la_fabutineuse_2

Femmes du monde : le Mexique

Cette semaine, sur Instagram j’ai été particulièrement touchée par les femmes qui sont sorties dans les rues aux Etats-Unis, pour défendre le droit des femmes, au moment de l’investiture de Donald Trump, dont les déclarations sexistes ont été particulièrement nombreuses et limites durant sa campagne, j’imagine la crainte du devenir de ce pays dans les années à venir. L’égalité hommes femmes est encore loin d’être gagnée de nos jours. Nous vivons dans un monde sexiste, dominé par les hommes et fait pour les hommes. Je ne sais pas si c’est la maturité qui me donne ce sentiment, mais je suis de plus en plus en colère quand je vois des messages ou images publicitaires qui usent des femmes comme objet pour vendre. Des films ou séries dans les quelles les actrices doivent être sexy, là où le physique des hommes lui est moins contraint. cela donne une vision d’une société où les femmes ne sont clairement pas égales de l’homme.

Je vais m’arrêter là, parce que je pourrais dire beaucoup de choses à ce sujet, mais là n’est pas mon propos. Je me sens solidaire de ces femmes, de cette volonté d’avoir un avenir un peu meilleur qu’une vision du monde où les femmes peuvent être utilisées par les hommes pour leur bonne volonté.

Je profite donc de ce soutien pour avancer dans ma série de tampons « femmes du monde » commencée déjà il y a 1 an !! (le 26 février 2016), CLIC PAR ICI, et ensuite PAR LA.

J’avais terminé l’article en disant « la prochaine fois nous itrons en Amérique du Sud » bon il n’est pas trop tard pour graver le dessin commencé depuis quelques mois. Je vous présente donc une gravure de femme mexicaine, avec une tenue typique des broderies folkloriques colorées de ce pays.

L’effet de groupe commence à être chouette ! je vais essayer de ne plus attendre 6 mois avant de continuer, puisque je suis dans les séries (avec l’abécédaire botanique). Très bonne semaine à vous.

Le tampon est posé sur un joli carnet « Rifle Paper Co » coloré et fleuri, avec les dessins de la créatrice Anna Bond que j’aime beaucoup.

J’ai gravé dans une plaque de gomme japonaise Hinodewashi H (dure) qui permet de faire les détails de façon très précise.

femmes du monde mexique la fabutineuse titre

 

.femmes du monde mexique la fabutineuse 2

Les tampons des « femmes du monde » réalisés jusqu’ici.

.femmes du monde mexique la fabutineuse 4

 

.J.femmes du monde mexique la fabutineuse 5

 

ça donne envie d’être colorié non ?

.femmes du monde mexique la fabutineuse 3

 

.J.femmes du monde mexique la fabutineuse 7

Les 4 grands tampons (il font environ 10 cm de haut).

.J.femmes du monde mexique la fabutineuse 6