Tag Archives: gravure sur bois

Gravures sur bois

Depuis quelques mois j’ai continué mes séries de gravures sur bois.

Après les motifs floraux, j’ai réalisé deux séries de gravures inspirées de motifs vu sur des canevas ou tapisseries vintage. Les gravures vont par deux, un peu à la mode des petits canevas.

J’ai partagé sur Instagram les étapes de réalisation, ces gravures sont en réduction, donc en tirage uniques et limités. Ils sont chacun, signé et numéroté et disponible dans la boutique. Si vous voulez faire un cadeau unique et original pour les fêtes, les ventes sont limitées à quelques exemplaires. J’ai ajouté également des gravures sur bois perdu terminées cet automne.

www.boutique.lafabutineuse.com

 

Quelques photos depuis les motifs peints sur les planches de bois (afin de pouvoir me repérer lors des gravures successives).

Jusqu’aux impressions finales. Le bois est ensuite terminé et inutilisable pour d’autres gravures, ainsi les tirages que je garde au final sont numérotés et uniques.

gravure-sur-bois-la-fabutineuse-crocus-1

La gravure du bois est un vrai plaisir

gravure-sur-bois-la-fabutineuse-crocus-3 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-crocus-5 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-crocus-11 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-crocus-8 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-fleur-ombre-1 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-fleur-ombre-6 gravure-sur-bois-la-fabutineuse-fleur-ombre-9

J’ai encadré les « fleurs à l’ombre » dans mon séjour

gravure-sur-bois-la-fabutineuse-fleur-ombre-12

Voici également les gravures en réduction sur bois terminées, « cerisier japonais » et « baies de Gui » en boutique également

 

cerisier-4-gra7ure-sur-bois-la-fabutineuse

 

gravure-sur-bois-la-fabutineuse-gui-7

Un pas à pas de la gravure en bois perdu

Pour ma deuxième gravure et suite à quelques questions dans les commentaires du précedent article, j’ai pris pas mal de photos en cours de réalisation, pour vous montrer la technique en pas à pas détaillée.

 

bois perdu la fabutineuse 0

 

Le sujet n’est pas trop compliqué, deux fleurs et du feuillage. Je gribouille sur du papier des motifs quand j’ai une idée intéressante pour la gravure qui arrive. Pour cette fois ci j’ai voulu tester différentes compositions de couleurs. La rose avait 4 passages d’encre, j’en ai supprimé un, il n’y en a que 3.

Le dessin, crayonné avec des crayons de couleur, puis refait sur une feuille blanche pour retrouver une composition. Le calque et la reproduction sur le bois à l’envers. En fait de bois, c’est une planche de médium. L’idéal serait du poirier, mais c’est difficile à trouver. Si quelqu’un a une adresse je serais preneuse…

bois perdu la fabutineuse 1

 

J’ai peint le dessin à l’acrylique directement sur le bloc de bois. Cela permet de se faire une idée ensuite des zones à graver, la peinture reste visible sur le bois, après les passages d’encre. La gravure sur bois n’est pas aussi précise que dans la gomme. Le dessin ne nécessite pas forcément des détails très précis, qui seraient très difficiles à graver.

bois perdu la fabutineuse 21

 

J’ai fait des tests de couleur, pour trouver des compositions de 3 couleurs qui pourraient aller ensemble lors des impressions successives. J’ai gardé 4 compositions différentes.

bois perdu la fabutineuse 4

 

Première étape, je grave les parties qui resteront blanches (non encrées) au premier passage de couleur.

bois perdu la fabutineuse 1ere gravure

 

Je passe la première couleur, qui est souvent la plus claire. L’idéal est de partir du plus clair au plus foncé. Pour cette partie j’ai fait déjà toutes les premières couleurs de mes 4 compositions.

bois perdu la fabutineuse 1ere couleur

 

Ensuite, je grave les parties qui resteront jaunes dans le dessin. Une fois les parties enlevées, lors du 2ème passage de couleur, ces parties évidées ne prendront pas la 2ème couleur.

bois perdu la fabutineuse 2e gravure

 

Et je passe la 2ème couleur. Sur la photo ci-dessous, on voit le cadre préparatif qui maintient le bois à la même position chaque fois. Ainsi que le tour au crayon qui définit où je pose la feuille à l’envers. cela signifie que toutes mes feuilles font la même taille au départ.

bois perdu la fabutineuse 2eme couleur sur bois

 

Et le résultat. Je fais l’encrage à la cuillère. je passe le dos d’une cuillère sur la feuille posée sur le bloc de bois encré. Il faut frotter sur toute les surfaces pour que l’encre adhère au mieux. La feuille doit être aussi le mieux positionnée pour que les successions d’encres soient raccords. Il peut y avoir de très légers décalages qui parfois même font le charme de l’image finie. Mais quand le décalage est trop grand, c’est foutu. Il ne faut donc pas trop se rater.

bois perdu la fabutineuse 2e couleur

 

Une fois tous les 2èmes passages de couleurs terminés, on peut alors graver pour ne laisser que ce qui sera encré pour la dernière couleur. Toutes les parties enlevées garderont la 2ème couleur.

bois perdu la fabutineuse 3e gravure

Le bloc de bois encré.

bois perdu la fabutineuse 3eme couleur sur bois

Et la feuille imprimée terminée.

bois perdu la fabutineuse 3e couleur

 

C’est donc la surprise du résultat final. On ne peut pas savoir à l’avance ce que cela donnera. Le dernier passage d’ailleurs s’appelle le bloc clé. C’est souvent la couleur la plus foncée et c’est elle qui révèle l’image. J’utilise du papier velin d’ARCHES 100% coton. J’essaye donc de ne pas trop rater d’épreuves. Cela va de mieux en mieux, j’arrive à garder environ les 2/3. Pour le moment je ne mets rien en boutique, j’attends d’avoir une belle sélection de gravures et je ferai peut-être une vente en boutique à ce moment là.

Voici mes essais de couleurs.

Hibiscus mauve la fabutineuse

 

Hibiscus rouge la fabutineuse

 

Hibiscus vert la fabutineuse

 

Si vous avez été jusqu’au bout, j’espère que cet article vous a été instructif sur cette technique. Belle journée et à très bientôt !

Ma première gravure en bois perdu

La semaine dernière, je vous ai fait découvrir un artiste et une technique qui m’ont particulièrement marqué. J’aime les gravure sur bois depuis longtemps, c’est ce qui m’a fait aller vers les tampons. Pourtant cette technique me paraissait difficile, le bois, un matériau rude, compliqué. Je regardais en attendant les gravures en rêvant. Et puis la rencontre de Claude Huart a débloqué quelque chose en moi. L’envie est revenue intensément, la force de cette technique a été plus présente et depuis je n’ai envie que de planter mes gouges dans le bois pour révéler des formes, travailler les couleurs en couches successives. Je n’ai pas eu envie de trop réfléchir au motif, j’ai dessiné une fleur sur un petit format de papier, j’ai posé des couleurs et la rose était là prête à passer sur le bois. Pour me souvenir des couleurs, j’ai reproduit au calque le dessin sur le bois, à l’envers puis peint avec des couleurs acryliques les différentes parties et j’ai commencé à enlever les éclats de bois d’une planche. Je me suis ré-équipée en gouges, celles que j’avais pour la gomme ne conviennent pas, et je n’avais pas assez de gouges de bonne qualité.

Voilà mon premier résultat. Il y a des erreurs, le résultat est une surprise, qui me plait telle qu’elle est. Sur la 20aine de premier passage, au bout du 4ème passage je n’en ai que 6 de très corrects, et 6 moyennement corrects. Cela prend du temps, demande de la patience et de la méticulosité.

J’apprends en faisant. J’aime profondément regarder la feuille que je soulève après avoir passé la cuillère sur le papier. J’ai testé avec ma presse, le résultat n’est pas satisfaisant. Je fais donc à la cuillère et ça fonctionne. Après le ré-investissement en gouges, je vais attendre mais je crois que le résultat sera plus profond en couleurs avec des couleurs d’imprimerie, telles que les utilise Claude Huart. Ce sera mon prochain cadeau.

Il y a quelque chose d’heureux qui est présent quand je travaille cette technique. Je ne sais pas si cela vous est déjà arrivé d’avoir l’impression d’être transporté de joie. De profonde joie en réalisant quelque chose. C’est ce que je vis en ce moment, alors je suis moins présente sur le blog parfois, mais je me nourris intensément et promis je vous montre très vite le résultat, même si je tâtonne, j’expérimente, j’ose, c’est une joie et un bonheur intense ! Je montre plus de choses de façon spontanée sur mon instagram, n’hésitez pas à me suivre si vous voulez être curieux…

mon premier bois perdu la fabutineuse

 

Bois grave la fabutineuse 1

 

Bois grave la fabutineuse 2
Bois grave la fabutineuse 6 Bois grave la fabutineuse 5

 

Bois grave la fabutineuse 7

 

Une rose la fabutineuse