Tag Archives: linogravure

Encore des petits oiseaux

Et oui, j’ai récidivé. Cet automne dans mon jardin les capucines envahissaient les tomates. J’en avais planté l’année passée et forcément comme je les laisse venir en graine, elles se resèment un peu au hasard pour les années suivantes. Un jour un rouge-gorge s’est envolé presque devant moi, il s’était posé entre les plantes et les fleurs, et cette petite tache rouge m’a interpellé et est venue m’inspirer pour cette petite gravure. Intitulée « Dans les capucines ».

Une linogravure multi-plaque, 5 couleurs pour ce petit rouge-gorge camouflé dans les fleurs. Toujours pour cette série d’oiseaux un graphisme épuré. Je redessine jusqu’à ce que les formes soient simples mais néanmoins identifiables.

 

La première plaque encrée prête à accueillir la feuille et passer sous la presse

 

 

Troisième couleur, et troisième plaque

 

4ème plaque un peu de couleur foncée pour révéler les précédentes.

 

L’ensemble des plaques, qui doivent faire la même taille, et surtout être bien positionnées à l’impression pour ne pas avoir trop de décalages, même si les gravures supportent un léger décalage ce qui peut parfois faire leur charme.

 

Avec les grandes feuilles des capucines.

La prochaine gravure de la série est déjà dans ma tête, toujours inspirée de ce que je vois autour de moi, en l’occurrence étant partisane de ne pas tailler mon lilas, j’ai pu voir les oiseaux se régaler des graines des fleurs de lilas, ce sera l’objet de la prochaine gravure « oiseaux ». J’espère très vite…

Enregistrer

Débuter l’année avec des nouvelles gravures

D’abord je vous souhaite à tous et toutes qui me suivez via le blog une très bonne année à venir. Qu’elle vous soit douce et heureuse, et même joyeuse avec vos proches et dans la réalisation de vos projets.

Pour ma part, je débute cette année avec quelques petites résolutions, dont celle d’alimenter un peu plus le blog. Il est vrai qu’avec Instagram la tentation de publier uniquement des photos est grande, mais je trouve que le blog est aussi un moyen de conserver la trace de mes réalisations en plus de m’adresser directement à vous en papotant autour de mon processus créatif et des mes créations. C’est moins instantané mais c’est aussi parfois bien de prendre son temps pour dire les choses.

Avant, il y a bien longtemps 🙂 aux débuts du blog je publiais pas mal, dans diverses catégories. Cela donnait plus de vie au blog. On nous dit « le blog est mort » mais finalement c’est le seul endroit où l’on garde trace des choses, avec le classement par catégorie. Donc non, le blog n’est pas mort, et j’ai décidé de le faire vivre un peu plus cette année. Bon en fonction évidemment de ce que je pourrais faire. Mais j’ai fait beaucoup de choses qui ne gardent pas trace. Je vais donc publier aussi des articles sur des choses que vous avez peut-être vues ailleurs sur IG. mais j’aime l’idée de compiler mes réalisations. Ça m’oblige aussi à faire des efforts de photos, et ça c’est aussi un plaisir et une résolution pour moi d’avoir mon appareil photo un peu plus en main.

Durant les vacances d’hiver j’ai réaménagé mon atelier, enfin la pièce d’atelier où je grave et où je travaille sur l’ordinateur. J’ai encore toute ma grande pièce de travail avec ma presse à réaménager, c’est prévu pour cette année. cela me donne une belle énergie pour créer tous ces changements, je les partagerai ici avec vous.

Dans les autres bonnes résolutions, il y a aussi plus de tampons, plus de gravures. J’imagine que si je reprends mes résolutions de l’an dernier, je dois avoir la même chose, tant pis, c’est toujours signe d’envie, et que l’envie soit présente est en soi un très bon signe non ? Je réaliserai des séries thématiques de tampons en boutique, et je vais refaire des tampons dans les motifs déjà faits les années précédentes, en retravaillant leur graphismes.

Je débute donc l’année avec le détail d’une nouvelle gravure de la série art déco. Vous pourrez voir les autres gravure de cette série via ce lien (CLIC). J’avais en projet de continuer cette série en explorant les motifs et les couleurs. Je m’y remets. Je garde la technique de réduction, c’est à dire une plaque unique pour l’ensemble des impressions. Je grave couleur après couleur pour obtenir le résultat final. Voici donc la gravure « Jardin persan ». Si vous vous souvenez, ces gravures au départ s’inspiraient de graphismes des packaging des parfums et cosmétiques des années 20. J’avais décidé de leur donner des noms en rapport avec ces univers. Désormais après avoir exploré de long en large ces graphismes, je suis un peu en roue libre et les motifs arrivent au gré de l’inspiration.

Place aux images…

 

La première couleur qui forme le fond, en commençant toujours par la couleur la plus claire

 

Puis je grave les parties qui resteront roses après le passage de la couleur plus foncée.

 

La presse me facilite quand même le travail d’impression, j’ai gagné un peu de temps, comparé aux impressions que je réalisais à la cuillère pour les précédentes gravures de cette série.

 

Après le passage de la dernière encre couleur or, le motif est enfin mis en valeur. La dernière encre est une encre à l’huile qui a mis plusieurs jours à sécher. Les encres de couleurs sont à l’eau avec un rendu plus mat qui met en valeur l’encre or.

 

 

Enregistrer

Une gravure inspirée de l’art populaire russe

Dans le tour des pays et des beautés de l’art populaire, il y a les jouets Dymkovo, figurines en argiles de la ville de Dymkovo en Russie, qui me tentaient beaucoup.

J’ai donc dessiné ces figurines en simplifiant le trait pour les agencer sur une grande plaque de lino A3. Comme pour l’arbre de vie mexicain, seuls les contours ont été gravés puis encrés et imprimés avec la presse, les couleurs ont été rajoutée ensuite après séchage, avec des tampons en gomme de formes rondes de différentes tailles.

J’ai fait des tests avec de la gouache dans les figurines, j’ai utilisé une encre à l’huile pour qu’elle ne se dilue pas à l’eau, mais je n’ai pas trop aimé le rendu, je ne vous montre donc que le résultat avec les tampons en trois couleurs vives.

La gravure est disponible en boutique. J’ai prévu de réaliser aussi des tampons à partir des formes dessinées, dès que je trouve un peu de temps…

A bientôt

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une nouvelle gravure pour tester ma presse

Depuis maintenant pas mal de mois, j’économise pour m’acheter une presse. J’imprimais mes gravures à la main, avec le dos d’une cuillère et quand j’avais une vingtaine de tirages à imprimer à la suite, mon épaule droite me tiraillait. L’idée d’une presse faisait son chemin, mais laquelle choisir. Le choix allait vite être fait, le budget fut un des critères les plus limitant. Je m’étais donné un montant autour de 2000 € ce qui représente déjà pour moi une somme importante. Voire très importante. J’ai donc commencé à penser à ce projet il y a un an environ.

J’ai d’abord cherché sur les sites d’occasion, les forum de gravure divers et variés. Dans l’idéal j’aurais aimé une presse à épreuve, une presse typographique, qui est la plus adaptée à de la lino ou de la gravure sur bois. Mais je n’ai pas réussi à trouver ou alors hors budget. J’ai donc orienté mon choix malgré tout vers une presse taille douce. J’ai découvert l’atelier de Chartreuse, qui fabriquait des presse, conception française, petite production, usinage dans une petite usine. l’objet était beau, mon choix fut pris. Il ne me restait plus qu’à attendre… (et économiser mes bénéfices de la boutique).

La bête fut commandée il y a quelques semaines, et elle est arrivée ! Il ne me restait plus qu’à la tester. je n’avais pas envie d’utiliser une ancienne plaque pour cela, j’avais envie d’une projet tout nouveau, bien ambitieux évidemment, ne faisons pas les choses à moitié… J’avais fait une linogravure monochrome autour des figurines de Gzhel, je n’en ai pas fait d’articles (ça viendra) mais je l’ai montré sur Instagram. J’avais envie de poursuivre dans l’univers folklorique, et j’ai pensé aux petites figurines japonaises en papier mâché (Hariko signifie papier-mâché en japonais) représentant des petits animaux porte-bonheur, ces figurines sont également utilisées comme des jouets par les enfants, ils revêtent un symbole folklorique fort, les figurines hariko font partie de l’artisanat populaire depuis plus de 400 ans ! Mon choix était fait 🙂

J’ai fait pas mal de recherches. Je n’avais pas envie simplement de dessiner des figurines mais aussi d’apprendre leur signification. J’ai dessiné, gribouillé, testé et trouvé enfin une composition à quatre couleurs d’un ensemble des ces figurines, sur une planche A3. Pour tester la presse, je me suis dit qu’un grand format s’imposait et tant qu’à faire, graver une plaque par couleur ! Oui j’ai été plutôt ambitieuse…

J’ai sélectionné différents modèles :

  • Inu hariko : Petit chien symbolisant traditionnellement la protection, gardien de la maison et de la famille.
  • Daruma : figurine talisman de voeux, symbole de persévérance et de chance, illustrant un maître zen Bodhidharma ou Daruma, qui après neuf années assis sous un arbre, reçut l’illumination.
  • Shishi gashira : ou tête de lion, petit talisman contre le mal et le malheur, la magie du lion est forte au japon
  • Miharu goma : petit cheval en bois, dont la légende lui fait avoir sauvé un général shogun Sakanoue Tamuramaro lors d’une bataille, ce petit cheval aiderait donc à protéger les enfants, et représente la vaillance du corps. J’ai également symbolisé le cheval en forme hariko.
  • Poisson koi : la carpe représente le courage et la force, à cause de sa capacité à sauter des chutes d’eau. Ce sont des valeurs que les parents souhaitent voir attribuer aux enfants, et c’est pourquoi en forme de cerf-volants, elles sont attachées devant les maisons le jour de la fête des enfants le 8 mai au japon. J’ai utilisé différentes formes, koinobori hariko et en bois.
  • Akabeko hariko : (vache rouge) : Petit animal qui protégerait les enfants des maladies. Une légende dit que lors d’une épidémie de variole des enfants ayant ce jouet ne furent pas malades.
  • Usagi hariko : (lapin) : symbole de chance
  • Le pigeon est une amulette sous forme de jouet, qui (dans la province de Kyoto) empêcherait les enfants de trop pleurer.

Voici les étapes sous forme de photos avec commentaires. D’abord les dessins préliminaires pour chercher des formes des différentes figurines.

 

J’ai ensuite dessiné les formes finales, je les ai décalquées et scannées une à une, pour travailler sous photoshop une composition finale. J’ai également choisi et testé des couleurs de cette façon. Vu l’ampleur du travail de gravure ensuite ce travail préliminaire certes long était nécessaire pour anticiper les équilibres de couleurs et formes.

 

Sur chaque plaque de lino, j’ai décalqué les zones correspondant à une couleur. Il y avait donc une plaque par couleur.

 

La phase de gravure… Je n’ai pas compté les heures mais beaucoup.

 

 

 

La presse ! Comme je l’ai expliqué, c’est une presse taille douce. Le plateau ne bouge pas quand il n’est pas sous la hauteur du lino. Dans l’idéal il faudrait que j’installe des rails de chaque côté de la longueur du plateau, pour simuler la presse à épreuve. Mais l’insertion de la plaque dans un carton de hauteur similaire fait aussi l’affaire, j’accompagne le plateau à la main jusqu’au début du carton, et le rouleau est ensuite entraîné sur la longueur de la plaque. La difficulté est de trouver la bonne pression. Trop et la feuille est marquée des détails de coups de gouges sur la plaque hors motifs, pas assez l’encre n’adhère pas bien. Et évidemment, pour faire simple, cette pression est différente suivant les couleurs ! J’ai donc 2 tirages de calage obligatoire. Mais une fois le bon équilibre trouvé, c’est un vrai plaisir !

 

J’en profite pour vous montrer ma belle acquisition… Un rouleau en durathene. Une matière qui permet un dépôt agréable homogène et juste ce qu’il faut de l’encre sur le lino. Un vrai plaisir. Je me suis offert cette merveille avec la presse. Tant qu’à me faire plaisir autant en profiter 🙂

 

Pour les petites zones en revanche, le tout petit rouleau était nécessaire, car la presse ne pardonne pas les taches d’encre en dehors des zones à imprimer, tout se voit ensuite sur le papier. Les petits ratages doivent être nettoyés au chiffon avant impression, sous risque d’avoir une impression trop salie. Des minuscules traits peuvent passer, c’est quand même un travail artisanal ! Mais trop endommage le résultat final.

 

 

La troisième couleur revèle peu à peu la composition finale. La difficulté ici est de bien positionner les couleurs, pour ne pas avoir de décalages…

Dernière couleur : le noir. J’ai testé pour cette plaque une nouvelle encre. J’utilisais des encres à l’eau (Schmincke) dont je suis très satisfaite, ou des encres à l’huile (Gerstaeker) géniales, mais longues à sécher. J’ai testé pour ce noir les encres aqua wash de Charbonnel, à l’huile mais nettoyable à l’eau. En fait, je suis conquise, j’ai juste envie de remplacer tout mes tubes par cette encre.

 

Et voilà le résultat final !! Tel que je l’imaginais. La photo ne rend pas tout à fait la densité des couleurs. Maintenant l’avantage avec plusieurs plaques, c’est que j’ai envie de tester dans d’autres gammes de couleurs.J’avais choisi dans un premier temps les couleurs traditionnelles des figurines, mais pourquoi ne pas prendre un peu de libertés ?

Je n’ai que 2 tirages corrects (sur 6 faits). Mais je crois que l’arrivée de cette presse est le début de belles réalisations. Ces petites figurines japonaises se prêteraient bien au tampon, je pense que que vais proposer une petite série de tampons « hariko » !

 

Enregistrer

Enregistrer

Linogravure art déco 5 : Brume d’été

Voici la 5ème gravure de cette série façon « art déco ». Elle est déjà en boutique depuis quelques temps, mais je voulais partager les photos de sa réalisation. La technique de réduction qui permet couleur après couleur de révéler le motif de la composition finale. Il reste une gravure à réaliser, je voulais faire environ 6 compositions, je ne sais quand elle sera prête, j’ai des envies de vert et de jaune (je pense même à un motif avec du mimosa pourquoi pas) pour une composition fraîche.

Comme je vous l’ai déjà dit lors de cette série, les inspirations étant des affiches de parfum ou eaux de Cologne des années art-déco, j’ai de nouveau cherché un nom en forme de clin d’œil à cette référence.

Voici les étapes de « Brume d’été » que vous trouverez en boutique, il y a 12 tirages, comme pour les autres gravures, seul un nombre restreint est à la vente.

 

La plaque de lino au départ

 

Les motifs sont gravés pour le passage de la deuxième couleur.

 

 

Enfin, la même plaque de lino est gravée à nouveau pour l’impression finale d’une encre dorée typographique (à base d’huile).

Enregistrer

Linogravure art déco 4 : Aube poudrée

Je continue à vous montrer les gravures en technique de réduction réalisées, en vous proposant la dernière mise en boutique déjà depuis quelques jours, une gravure que je voulais douce.

Pour avoir de la douceur, j’avais en tête des tons poudrés, comme les palettes de maquillage de blush rose, ou ombre à paupière shadow grisé. La composition et l’inspiration de cette gravure a été encore réalisée dans l’esprit « parfums des années 20 ». D’où son nom qui résonne un peu comme un nom qui mélange les parfums et les maquillages.

Cette linogravure a été tirée à 12 exemplaires, uniques, signés et numérotés, disponibles dans la boutique. Seulement 5 exemplaires restent à trouver acquéreurs 🙂

 

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 3

 

La plaque de lino avec le dessin reproduit à l’envers, prête à recevoir la première couleur

gravure aube poudree art deco la fabutineuse

 

La plaque gravée pour la 2ème couleur :

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 7

 

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 8

 

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 4

 

La plaque de lino qui a servi à passer l’encre dorée, la plaque est terminée, toutes les couleurs sont passées.

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 9

 

Il y a 12 tirages numérotés et signés

gravure aube poudree art deco la fabutineuse 5

 

Pour la prochaine qui est en train de sécher, j’ai exploré un mix entre composition végétale et motifs art déco. A très vite 🙂

Enregistrer

Linogravure Art déco 3 : Bouquet d’Orient

Suite de la série de gravures Art déco, voici une gravure inspirée de motifs orientaux, dans les couleurs (turquoise et bleu lapis lazuli), et la touche d’encre typographique dorée qui vient terminer le motif. Comme pour les deux autres gravures de cette série qui en comporte quatre, l’inspiration se fait dans les belles étiquettes de parfums des années 20. La 4ème gravure est en cours de séchage, si vous voulez voir les épreuves, rendez vous sur Instagram où je partage le processus et l’avancement des épreuves.

Voici « Bouquet d’Orient » tirée à 11 exemplaires, disponible en vente pour quelques tirages numérotés. Le principe de réduction empêche de ré imprimer d’autres épreuves une fois la gravure terminée.

linogravure art deco orient 4

 

linogravure art deco orient 7

 

linogravure art deco orient 2

 

linogravure art deco orient 8

 

linogravure art deco orient 5

 

linogravure art deco orient 9

 

Enregistrer

Linogravures à l’encre dorée

Une nouvelle petite série de linogravures a vu le jour dans l’atelier cet hiver. Inspirée des années 20, plus précisément, j’avais en tête les jolies étiquettes anciennes d’eau de Cologne art déco quand j’ai dessiné les motifs. Pour le moment deux gravures sont terminées, une troisième est encore dans ma tête, mais les couleurs sont choisies, ce sera du bleu pour clore cette série. Elles se nomment « Samarkande » et « Tubéreuse rouge » en référence aux inspirations.

J’ai travaillé en réduction à nouveau, avec 3 ou 4 couleurs maximum. L’originalité est dans l’utilisation d’une belle encre dorée typographique (à l’huile) pour la dernière couleur. Il y a seulement 8 tirages pour cette série. J’ai décidé de faire dorénavant des petits tirages cela me permet de faire plus de motifs. Je ne mets en vente que 4 tirages en boutique. J’aimerais faire une expo un jour, je garde des tirages en prévision, même si ce ne sera que dans quelques années, c’est un rêve que je chéris et qui me motive aussi pour garder un rythme de production de gravures minimum.

J’avais fait pas mal de petites stories (videos) sur Instagram pour montrer le processus d’impression à la cuillère et les différentes impressions de couleur. Voici le processus et le résultat final.

 

gravure-art-deco-la-fabutineuse-titre

A gauche, le premier dessin un peu brouillon en petit format. Ces dessins j’en ai beaucoup, tous ne finissent pas forcément en gravure. Ensuite, je travaille le motif sur la dimension qui sera celle de la plaque à graver, que je décalque et reproduis sur le lino.

gravure-art-deco-la-fabutineuse-3

Ma plaque de lino avec le dessin, les différentes parties sont gravées au fil des couleurs. Ci dessous, la couleur orange est passée, les parties qui restent en orange dans le motif final sont ôtées.

gravure-art-deco-la-fabutineuse-2

La plaque est passée à l’encre violet foncé

gravure-art-deco-la-fabutineuse-4

Puis avec l’encre typographique dorée, le positionnement de la feuille est important pour ne pas avoir de décalages. Toutes les impressions sont réalisées avec une cuillère en bois que je frotte au dos de la feuille pour que l’encre se dépose sur la feuille.

gravure-art-deco-la-fabutineuse-9

 

 

gravure-art-deco-la-fabutineuse-10

La deuxième linogravure : Tubéreuse rouge

gravure-art-deco-la-fabutineuse-1

2ème couleur : rouge

gravure-art-deco-la-fabutineuse

 

gravure-art-deco-la-fabutineuse-12

Le doré a des reflets plus foncés selon l’angle de vue

gravure-art-deco-la-fabutineuse-11

 

gravure-art-deco-la-fabutineuse-13

 

Voici quelques exemples d’étiquettes art déco de parfum des années 20, c’était quand même très très chic !

etiquettes-1 etiquettes-2090

Enregistrer

Linogravures en deux couleurs : les fruits

Après la série de la mer en « linogravures en deux couleurs », je poursuis les séries avec les fruits (les prochains seront les légumes, dont les dessins ont déjà été dévoilés sur Instagram).

Les contraintes que je me suis données pour ces séries, sont multiples :

  • 3 cartes
  • une carte avec 1 motif, une carte avec 2 motifs, une carte avec 3 motifs
  • 3 couleurs maximum par série
  • Chaque carte n’utilise que deux couleurs, et l’ensemble doit se faire écho.

Ces contraintes apportent un rythme dans ces linogravures, je dois travailler les choix des couleurs, le choix des motifs.

Il me reste le motif de l’ananas à réaliser, voici les deux premières linogravures. En vous souhaitant une très belle semaine.

linogravures fruits la fabutineuse 9

 

linogravures fruits la fabutineuse 3

 

linogravures fruits la fabutineuse 5

 

linogravures fruits la fabutineuse 7

 

linogravures fruits la fabutineuse 4

 

linogravures fruits la fabutineuse 8

 

linogravures fruits la fabutineuse 1

 

linogravures fruits la fabutineuse 6

 

selection abracadacraft

Linogravure en couverture de carnet de notes

Après avoir fait toute une série de tampons sur le thème végétal, commencé des séries de gravures sur bois, j’avais envie de réaliser des linogravures pour les utiliser sur des carnets. Une idée de plaque gravée entièrement m’est venue. Une impression sur la totalité de la page de couverture avec des motifs crées par les gravures en creux.

J’ai gravé une petite plaque de lino de format A6 (carte postale). Avec des fleurs inspirées de petites fleurs en faïence chinées cet été (elles formaient un bracelet).

Le résultat en image

linogravure carnet de notes la fabutineuse

 

carnet de notes lino fleurs 1

 

La plaque de lino gravée

carnet de notes lino fleurs 3

 

carnet de notes lino fleurs 5

 

J’aime beaucoup l’aspect de la plaque avec l’encre à l’huile dessus, c’est doux et soyeux.

carnet de notes lino fleurs 4

 

1-carnet de notes lino fleurs 8

J’ai aussi fait l’impression sur des cartons orange. Le changement de couleur de fond donne un très joli résultat.

carnet de notes lino fleurs 6

 

J’ai utilisé une encre typographique à base d’huile de lin. L’avantage est que l’impression ne bavera pas si la couverture reçoit par inadvertance une goutte d’eau, l’inconvénient, c’est le temps de séchage : Une bonne semaine. C’est l’encre que j’utilise pour mes gravures sur bois, et j’ai attendu jusque 12 jours de séchage pour ma dernière couleur. L’encre à base d’huile de lin, est comme la peinture à l’huile, cela ne sèche pas par évaporation de l’eau, mais par polymérisation de l’encre qui durcit. Plus précisément, des molécules d’oxygène interviennent dans l’encre et modifient la chimie pour durcir. Cela prend donc pas mal de temps, on peut ajouter des siccatifs pour accélérer mais le temps est quand même de 5-6 jours au minimum.

Je n’ai donc pas pu monter les carnets, cela sera pour la prochaine étape avant d’être proposés dans la boutique. Les carnets seront de 80 pages agrafés.

Je vous souhaite une très belle semaine