Tag Archives: meuble customisé

Avant / Après, le relooking de mon enfilade vintage

Enfin, oui 4 ans après avoir acheté ce meuble années 60, cette belle enfilade vintage je me suis attelée à sa rénovation et relooking. J’avais acheté le meuble sur le bon coin, pour un prix vraiment dérisoire. Il y avait des petites zones où le placage se défaisait. J’ai recollé et bouché avec un peu de pâte à bois, l’idée était de peindre sur ces parties. Le bois avait été ciré et le jour où nous avions été le chercher il pleuvait beaucoup, de fines taches blanches étaient restées en souvenir… J’ai poncé toutes les parties et verni avec un vernis mat profond transparent pour garder le côté brut du bois.

J’ai réfléchi longtemps aux couleurs et formes à peindre, il y a beaucoup d’exemples sur Pinterest, mais aucune ne me plaisait. J’avais envie d’une touche de doré et du bleu. En début d’année, à fond dans les motifs art déco j’avais l’idée de motifs art déco et puis je me suis dit que ça n’irait pas avec le style de la pièce, où se côtoient des styles divers, art tribal, africain, polynésien, aborigène, des tableaux divers et colorés. j’ai fait beaucoup d’essais couleurs, des bleus turquoise (trop fade), des verts (trop de vert dans la maison), des rouges (trop vif), bleu foncé (pas assez flashy)…

Je voulais aussi laisser apparentes les zones de placages en biais, je trouve qu’elles font l’originalité du meuble. Bref peu à peu l’idée de jouer sur les lignes en biais, avec des triangles m’est apparue comme la bonne idée. Le temps de la laisser encore murir quelques mois pour être sûre qu’elle serait la bonne (hum c’est la bonne excuse pour avoir attendu autant). J’ai fait quelques essais de couleurs et formes sur photoshop à partir d’une photo du meuble et le projet était prêt à démarrer. J’ai cherché durant des mois des poignées rectangulaires dorées, je voulais ça et rien d’autre ! J’ai fini par en acheter des argentées que j’ai peintes moi-même avec une laque spécial métal.

Voici le résultat des différentes étapes, ça valait la peine d’attendre, j’adore mon meuble, il a ce côté art-déco, en même temps moderne avec les formes et le bleu vif. Les formes triangulaires font écho aux objets ethniques.

 

 

 

 

 

 

 

 

En résumé l’avant / après de cette rénovation – relooking

Une petite armoire murale customisée

On m’a donné cet été une petite armoire murale (merci Janine), qui était dans son jus. Ayant eu quelques jours de vacances, j’ai pu prendre quelques heures pour la customiser rapidement. Dans la mesure où sa destination était l’atelier, je n’ai pas trop cherché à la poncer avant de la repeindre. Un bon lavage, un bombage de peinture en plusieurs couches fut suffisant pour la rénover à peu près.

Pour l’intérieur, j’ai utilisé un beau papier peint vintage acheté chez Charlette et Juliotte il y a plusieurs mois. Je ne savais pas comment l’utiliser et surtout je le trouvais si beau que j’ai eu du mal à couper mon premier morceau. Il était parfait pour l’intérieur.

Je vous montre l’armoire en plein jour, puis en situation, accrochée devant l’atelier. Elle sert désormais à ranger tout mon matériel de gravure qui est à portée de main. Malheureusement j’ai oublié de la photographier « avant », il suffit que vous l’imaginiez jaune d’or bien sale…

 

petite armoire murale la fabutineuse 1

 

petite armoire murale la fabutineuse 2

Devant l’atelier…

petite armoire murale la fabutineuse 4

 

petite armoire murale la fabutineuse 3

 

selection abracadacraft

Quoi faire de vieux tiroirs en bois…

On trouve parfois des jolis tiroirs anciens en bois à l’unité, qui ont perdu leur meuble ! J’avais 2 tiroirs en stock trouvés ainsi tout seuls. Je vous propose de partager avec vous la rénovation de ces tiroirs que j’ai réalisée. Chacun a nécessité des opérations différentes pour être utilisable en déco.

Un pas à pas, qui vous montre ce que j’ai fait à partir de ces 2 tiroirs qui étaient dans leur jus !
Le premier avait la bonne taille, 10 cm de large. J’ai poncé tout le tiroir, pour retrouver le bois clair en dessous, je me suis aidée d’un morceau de lame de cutter, ça gratte vite le vernis (mettre des gants pour protéger les mains). Un joli chêne brut pour le devant. les côtés étaient en bois contreplaqué avec une grosse rainure ou encoche creuse sur les côtés pour ranger le tiroir. Pour cacher le côté, j’ai utilisé des plaques de marqueterie que j’avais en stock. N’ayant pas de chêne j’ai utilisé les essences les plus proches du ton du bois. Découpées à la dimension des côtés. J’ai passé une couche de colle à bois sur tout la surface du morceau, puis je l’ai collé et laissé un peu sécher (1 heure), avec un poids dessus. La même chose de l’autre côté. Puis un coup de ponçage pour que les angles se fondent. Et une couche de vernis sur les 3 côtés du tiroir, devant et côtés. Sur une photo le bois humidifié par le vernis s’est gondolé à l’endroit du creux dessous. Dès qu’il a été sec, le bois est redevenu droit, on ne voyait plus cette petite gondole.

Le 2ème tiroir était trop large. J’ai donc coupé en deux le tiroir pour qu’il soit de la même largeur que le 1er. Le bouton était vermoulu, il se détachait tout seul. J’ai percé un trou de 4 mm avec un forêt à bois, pour changer le bouton à la fin. . Bien poncer les côtés de ce tiroir. Le bois ne s’est pas éclairci au ponçage, dommage, il y avait un placage assez fin en bois foncé, en ponçant plus je commençais à abîmer les arrêtes.
J’ai découpé le dessous aux dimensions de ce nouveau « tiroir » et placé dans les rainures ce morceau, sans avoir oublié de mettre un peu de colle à bois, pour une meilleure tenue finale. J’ai inversé la plaque, qui s’emboîtait mieux ainsi. J’ai scié une planchette de bois des dimensions exactes du fond. J’ai cloué cette planchette en ayant également mis un peu de colle à bois sur chaque côté du bois, qui allait être l’un contre l’autre.

Zut !! la planchette de fond, étant vieille, elle n’est pas droite !! Une petite astuce, un quart de rond collé à la colle à bois, et hop on n’y voit que du feu.

J’ai peint l’intérieur des tiroirs. Un échantillon de peinture vendu à l’unité pour un prix modique, est idéal pour un petit projet. J’ai simplement dilué avec de la peinture blanche, pour obtenir une teinte plus claire dans un des tiroirs.

Et voilà !! Un petit vernis mat par dessus le bois, et les deux tiroirs sont prêts. J’ai peint aussi un bouton de tiroir, l’autre est un bouton en laiton chiné, qui trouve ici une belle utilisation.

Maintenant il me reste à utiliser et placer ces tiroirs, mais je vous montrerai cela dans un prochain billet avec des cadeaux à gagner … 

A bientôt 🙂 

En route vers la chambre d’ado

Fini le temps où maman pouvait aménager la déco de sa chambre, il sait ce qu’il veut mon presqu’ado. Il voulait du gris et un côté vintage industriel. En même temps pourquoi ces tendances là… Je me le demande hum hum 🙂 La pomme ne doit pas tomber très loin de l’arbre !

Je ne pouvais pas racheter tous les meubles, nous avons donc trouvé un compromis en repeignant son lit ainsi qu’un chevet en bois ancien récupéré de chez ma maman. (Qui a aussi un certain don pour la chine). J’ai enlevé le marbre et fixé une tablette en bois à la place. L’ensemble repeint est plus uniforme et plus léger aussi.

J’ai scié le lit, qui avait été acheté après le lit à barreaux, je voyais dans ces côtés qui se relèvent une sécurité pour prévenir les chutes. Son quasi 1m55 devenait limite à l’étroit.
Voici le lit avant quand il était petit et maintenant… Ces quelques années passent bien trop vite…

Il a choisi un petit meuble neuf en métal pour ses vêtements. Il ne reste plus que le bureau à repeindre. Comme je n’ai pas la force de tout poncer, j’utilise une sous-couche de peinture « toutes surfaces » avant la peinture définitive, c’est l’affaire d’une journée de week-end. Mon pré ado fan de manga est hyper content il ne reste plus qu’a lui faire garder la chambre aussi bien rangée, ce qui est un autre challenge 🙂
J’avais réussi à le discipliner sur le linge et le rangement depuis plus d’un mois, c’était la condition pour que je m’occupe de la déco de sa chambre pendant les vacances… je ne sais pas s’il va garder le rythme. C’est quelque chose le bazar chez les ados… En même temps il parait que j’étais un peu pareil ^_^

Quant à moi, j’ai profité de ces beaux jours pour jardiner et j’ai aussi repris doucement le chemin de l’atelier.


Très belle journée et à bientôt.

Une armoirette murale dans la cuisine

Et voilà, je n’ai pas perdu de temps, ce week end, armée de courage, j’ai nettoyé, poncé et repeint la petite armoirette chinée la semaine dernière.

Elle est parfaite dans l’entrée de la cuisine, à gauche du meuble en bois. A cet endroit, je ne voulais pas mettre de meuble par terre, pour ne pas avoir un effet massif au sol. On a agrandi l’ouverture de la cuisine, ce n’est pas pour refermer l’espace avec des meubles. Mais force est qu’on constate qu’on manque de rangements pratiques. Du coup, cette petite armoire était parfaite, à condition qu’elle se fasse un peu oublier. Comme les murs sont blancs, je l’ai peinte de la même couleur, pour qu’on ne la remarque pas trop.

J’ai changé les poignées en métal argenté, pour des poignées anciennes en laiton. Les anciennes n’étaient d’ailleurs même pas centrées. Un petit peu de mastic pour fermer l’ancien trou, un coup de perceuse pour en faire un nouveau et voilà. Cela donne une petite touche élégante à l’armoire. Et c’est aussi pour rappeler le laiton qui tient les jolis verres du meuble d’à côté. Bon c’est subtil, mais j’aime bien ce genre de détails.

Du coup, l’espace au sol est ouvert et garde l’esprit « cuisine ouverte »

(La photo a été prise pendant que Le Flibustier préparait le repas ;))
Vous avez vu ? Le sac avec le canevas !! Oui j’ai posé les anses. Pour celui-ci, j’ai chiné des ceintures en cuir quasi de la même couleur, et je les ai coupées pour les poser sur le sac avec des rivets métalliques.

J’en ai profité pour vous montrer ce que nous avons finalement trouvé pour faire le raccord entre les pièces après que le mur ait été cassé. Dans cet article, je vous avais montré l’ouverture du mur de la cuisine, il en restait au sol, une zone de 6-8cm, cassée sans carrelage. Comment faire un raccord quand on enlève un mur sans changer tout le carrelage au sol  Et bien, en marquant la zone, c’est ce qu’on a fait. Un carreau ciment vert (du même vert que celui des petits carrelages vintages de la cuisine) a été posé entre les 2 pièces sur une bande d’environ douze centimètres.

Une table à point nommé

Notre cuisine n’est pas très grande, mais suffisamment pour y mettre une table. Au départ je pensais mettre une table ronde. Nous avons testé et ce n’était pas très pratique. il fallait une table rectangulaire. Nous avons mis temporairement une petite table mais elle s’est avérée trop petite. Nous manquons quand même de surfaces pour poser des choses et préparer les repas. Les plans de travail ne sont pas suffisants. Et pour y manger à deux quand les enfants ne sont pas là, il nous fallait une table correcte quand même. J’avais mis cette recherche en attente, me disant que ce n’était pas urgent.

Et puis le hasard en a décidé autrement… Le Flibustier est allé aider un copain à déménager la semaine dernière et il en a rapporté une table dont cet ami ne voulait plus. Me connaissant, il se doutait bien qu’on allait lui trouver un usage. Elle s’est avérée parfaite pour notre cuisine. Elle a en plus un petit tiroir dont la poignée est adorable.

Elle était « dans son jus »… Je l’ai nettoyée, poncée, enfin grattée même puisqu’il y avait une énorme couche de cire qui encrassait le papier de verre quasi instantanément. J’ai utilisé un petit outil style gratte-vitre avec lame de cutter pour gratter. J’ai consolidé le tiroir qui partait un peu en morceaux, rebouché un gros trou derrière la poignée avec du mastic. J’ai ensuite nettoyé les espaces entre les planches complètement encrassés. Puis je les ai bouchés avec du mastic à bois afin de ne plus avoir d’encrassement. De la peinture blanche mate sur le dessous et les pieds (avec auparavant une sous-couche spéciale pour ne pas avoir à poncer complètement). Du vernis mat sur le dessus pour bien protéger le bois des éventuelles traces d’eau et nous avons une table qui est idéale. Si nous avions cherché ce type de table nous ne l’aurions pas trouvée, les hasards font bien les choses.

En une petite journée la table était prête pour la cuisine. Cuisine qui commence à avoir un peu plus d’allure !!

Les marins de Denny Simonnet, un « sculpteur des mers » qui réalise des créations artisanales originales et colorées à partir de matériau de récupération de la mer. Il expose sur l’île de Noirmoutier essentiellement je crois, ou aux proches alentours.

Je ne résiste pas non plus à vous montrer le lustre prévu pour la cuisine hé hé.

Cette magnifique lampe industrielle en parfait état a été chinée sur le web. Elle vient d’un stock de pièces de rechange d’un ancien cargo des années 60-70 qui a été désossé. Du coup comme c’était dans le stock de pièces de rechanges elle est parfaitement conservée. Le vert est parfait pour rappeler les touches de vert des carrelages. Elle est aussi assortie au vert des pots Henkel !! Hé Hé…

Un meuble de chevet

J’avais depuis des mois, un petit meuble en contreplaqué, probablement une fabrication « maison ». Déniché chez Emmaüs pour 2 euros.
Je ne savais pas quoi en faire, vu sa forme un peu bizarre. J’ai fini par me dire qu’il fallait que j’enlève une partie, ce que j’ai fait. Je l’ai scié, poncé, puis peint en jaune et je l’ai mis dans la chambre de petit bourdon, près de son lit.

Voilà un petit meuble chevet, jaune assorti à sa « bibliothèque » (des caisses de vin peintes en jaune).

C’est plutôt gai et doux et s’assorti très bien à la chambre.

Le « meuble avant » ou plutôt le caisson en bois contreplaqué.

Rénovation de fauteuil

J’avais un vieux fauteuil dont le tissu commençait à se salir sérieusement. Il a été rénové entièrement.
Je ne vous montrerai pas le pas à pas, pour la simple raison que ça n’est pas moi qui l’ai refait, mais ma maman, qui cherchait des bricolages à faire (d’ailleurs, elle va me décaper et repeindre mes chaises Thonet de cuisine youpi).

J’avais trouvé il y a quelques mois un gros rouleau de tissu d’ameublement en brocante, et il a été utilisé pour refaire le fauteuil.

Il ne me reste plus qu’à coudre des coussins assortis !

Un peu de vert

Depuis quelques temps, je voulais changer la couleur de mon meuble de mémé vert, j’avais des envies de turquoise, de vert d’eau typiquement 50′ dans ma cuisine, puis en ramenant de brocante une petite pomme verte (et peu de temps après une rouge), je me suis fait la réflexion qu’en fait j’aimais bien le vert, et que le meuble vert avait encore quelques beaux jours devant lui (et surtout vu le travail de titan qui m’attend pour le meuble glacière, je crois que c’est aussi bien comme ça), la peinture au fil des années et d’un déménagement a un peu été abîmée, mais ça attendra encore un peu, probablement le prochain déménagement, où il changera peut-être de couleur.

 

 

Mes jolies pommes (une qui fait office de sucrier), et qui s’accorde tout particulièrement près des pots Henkel.



Quelques touches de vert : Ma radio Tivoli que j’aime d’amour. Le porte-torchon acheté en dépôt-vente puis repeint, les torchons teints en vert-perroquet (Dylon).

Nos ronds de serviette, sur des set de table en papier « plan de ville » trouvés je ne sais plus où.

Comme je n’ai jamais eu l’occasion de vous présenter les animaux de la maison, voici mytho le poisson,

et Chipette notre chat, enfin, celle de la voisine, mais qui squatte notre maison, il faut croire qu’elle a des tendance un peu maso, pour aimer être martyrisée par petit bourdon…

 

Un siège pour le fauteuil

Il y a quelques mois, j’étais tombée chez Emmaüs sur un fauteuil de style Thonet ou Baumann qui avait l’assise en paille complètement foutue. Qu’importe, je l’ai emporté (pour 2 euros, il n’était pas question que je le laisse).
Et puis depuis que je me suis installé une table de travail dans le salon, mon ancienne chaise de bureau-ordi, va et vient, entre ma table de travail, et ma table d’ordi (petite table de 75cm x 40cm juste impeccable pour l’ordi sans prendre de place).

Il a fallu que je rénove ce fauteuil.

Voici donc cette transformation étape par étape.

1/ Le fauteuil avant : le cannage est troué, il faut tout enlever.

  2/ découpe d’un gabarit de la forme dans une feuille de carton. C’est beaucoup plus simple ainsi d’avoir le patron de la future forme de l’assise.

3/ Je reproduis la forme sur une plaque de contreplaqué de 5mm d’épaisseur.

4/ Découpe de la forme du siège,

Et voilà, la base de l’assise est prête !!

5/ J’utilise du molleton que j’agrafe tout autour, en laissant une ouverture large sur le devant

6/ par cette ouverture, dessous (entre le bois et le molleton, je pousse du rembourrage (un vieil oreiller a été sacrifié).

7/ je recouvre au dessus du molleton, d’un tissu de protection. Ici un vieux drap de bébé tout doux est recyclé (Provenance Emmaüs).

8/ Puis j’ai recouvert du tissu définitif. Ainsi, le rembourrage, sous 3 couches de tissus, ne bougera pas. L’assise est tenue pour le moment (je n’ai pas trouvé de meilleure idée) par de longues vis, qui sont enchâssées depuis le dessous, jusque dans le contreplaqué. On voit quand on s’approche un peu encore les trous pour passer l’osier. J’ai passé aussi une petite couche de vernis après un léger ponçage, bien que le fauteuil soit super propre déjà à la base.

Mais de loin, on ne voit plus rien.

 Et voilà, j’ai une chaise fauteuil confortable pour travailler. ENFIN !!

Coût :
fauteuil : 2 €
contreplaqué : 7€
Tissus : molleton (stock je ne sais plus), draps bébé (Emmaüs), Tissu Lelièvre (chute trouvée chez Emmaüs) 1€.

10 euros, ça vaut le coup non ?