Tag Archives: second life

Une suspension avec des bols vintage en métal émaillé

J’adore les bols, petites marmites et autres objets vintage en métal émaillé « made in China ».  Les marques « Bumper Harvest » ou « Lucky Elephant » sont les plus connues, mais certains objets n’ont même pas de marque. C’est la joie quand j’en trouve sur les vide-greniers. Sauf que je n’ai plus fait de vide-grenier depuis très longtemps. A part celui de ma ville début octobre, mais nous vendions, j’étais sur le stand la plupart de la journée. Il y avait 700 exposants et je n’ai quasi rien trouvé lors de mon petit tour. Je chine donc de plus en plus sur Internet, je fais venir des jolis bols ou tasses directement dans ma cuisine depuis quelques boutiques en Europe (de l’est pour la plupart). Vive Etsy ! J’ai une préférence pour les motifs fleurs et les couleurs avec du bleu, rose et rouge.

J’avais repéré un petit bricolage sur Pinterest, avec des bols. C’était dans ma liste « à faire » depuis des mois. J’ai enfin trouvé un peu de temps pour programmer cela, car les enfants ne sont pas là pour la semaine et le rythme est plus tranquille. J’ai plus de disponibilité pour quelques bricoles à la maison.

Voilà une suspension réalisée avec des bols vintage en métal émaillé. Les grosses perles sont faites avec de la pâte FIMO. Le modèle de macramé pour la suspension est très simple, j’ai suivi des instructions vues sur le net. Il y a plein de tutos en cherchant un peu.

J’aime beaucoup cette suspension dans laquelle j’ai mis les oignons et l’ail pour la cuisine. Je vous souhaite une très belle semaine et surveillez votre boîte mail si vous êtes inscrits sur la newsletter, il va y avoir des place pour le salon « Création et savoir-Faire » à gagner cette semaine sur le blog !! Keep in Touch comme on dit 🙂

 

suspension metal emaille vintage la fabutineuse 1

 

suspension metal emaille vintage la fabutineuse

 

suspension metal emaille vintage la fabutineuse 3

Quelques autres récipients, présents dans ma cuisine. D’autres sont disséminés un peu partout.

suspension metal emaille vintage la fabutineus2

 

 

Un tableau en caractères d’imprimerie

Je commençais à avoir pas mal de caractères d’imprimerie en bois et je ne savais pas comment et où les ranger. Après avoir vu des affiches qui présentaient les lettres les unes à côté des autres, j’ai utilisé un vieux cadre-plateau en bois ancien chiné je ne sais plus où. Et j’ai positionné mes lettres à l’intérieur de sorte qu’elles soient coincées les unes contre les autres.

Petite astuces, les lettres étaient plutôt noires, j’ai poncé la surfaces de certaines pour les éclaircir, et j’ai même utilisé des encres pour leur donner une patine colorée, afin d’éviter l’uniformité de couleur des lettres dans le plateau.

lettresimprimerie la fabutineuse

lettres imprimerie la fabutineuse 2

 

 

lettres imprimerie en bois la fabutineuse

 

Et voilà comment redonner une seconde vie à ces jolies lettres graphiques. Je pourrais toujours les utiliser comme je le fais de temps en temps, par exemple les chiffres utilisés sur ce dessin vu dans cet article, les lettres ne sont pas collées, elles peuvent s’enlever et se remettre.

Il faut cependant avoir quand même pas mal de lettres, j’ai eu la chance d’en trouver un lot en brocante pour réaliser ceci. Ce joli cadre a l’aval du Flibustier ! Je suis plutôt contente, car la précédente tentative de décoration avec des lettres ne lui a pas vraiment plu dans la forme que j’envisageais, du coup je n’ai jamais terminé la réalisation des mots, il n’y a pas eu de 2ème partie, les lettres ont été rangées et utilisées pour autre chose que vous verrez bientôt. Ce cadre plus graphique va pouvoir être accroché dans la maison youpi !

Très bonne journée à vous et à très vite.

 bande_pour-2Barticle_blog-10

Quoi faire de vieux tiroirs en bois…

On trouve parfois des jolis tiroirs anciens en bois à l’unité, qui ont perdu leur meuble ! J’avais 2 tiroirs en stock trouvés ainsi tout seuls. Je vous propose de partager avec vous la rénovation de ces tiroirs que j’ai réalisée. Chacun a nécessité des opérations différentes pour être utilisable en déco.

Un pas à pas, qui vous montre ce que j’ai fait à partir de ces 2 tiroirs qui étaient dans leur jus !
Le premier avait la bonne taille, 10 cm de large. J’ai poncé tout le tiroir, pour retrouver le bois clair en dessous, je me suis aidée d’un morceau de lame de cutter, ça gratte vite le vernis (mettre des gants pour protéger les mains). Un joli chêne brut pour le devant. les côtés étaient en bois contreplaqué avec une grosse rainure ou encoche creuse sur les côtés pour ranger le tiroir. Pour cacher le côté, j’ai utilisé des plaques de marqueterie que j’avais en stock. N’ayant pas de chêne j’ai utilisé les essences les plus proches du ton du bois. Découpées à la dimension des côtés. J’ai passé une couche de colle à bois sur tout la surface du morceau, puis je l’ai collé et laissé un peu sécher (1 heure), avec un poids dessus. La même chose de l’autre côté. Puis un coup de ponçage pour que les angles se fondent. Et une couche de vernis sur les 3 côtés du tiroir, devant et côtés. Sur une photo le bois humidifié par le vernis s’est gondolé à l’endroit du creux dessous. Dès qu’il a été sec, le bois est redevenu droit, on ne voyait plus cette petite gondole.

Le 2ème tiroir était trop large. J’ai donc coupé en deux le tiroir pour qu’il soit de la même largeur que le 1er. Le bouton était vermoulu, il se détachait tout seul. J’ai percé un trou de 4 mm avec un forêt à bois, pour changer le bouton à la fin. . Bien poncer les côtés de ce tiroir. Le bois ne s’est pas éclairci au ponçage, dommage, il y avait un placage assez fin en bois foncé, en ponçant plus je commençais à abîmer les arrêtes.
J’ai découpé le dessous aux dimensions de ce nouveau « tiroir » et placé dans les rainures ce morceau, sans avoir oublié de mettre un peu de colle à bois, pour une meilleure tenue finale. J’ai inversé la plaque, qui s’emboîtait mieux ainsi. J’ai scié une planchette de bois des dimensions exactes du fond. J’ai cloué cette planchette en ayant également mis un peu de colle à bois sur chaque côté du bois, qui allait être l’un contre l’autre.

Zut !! la planchette de fond, étant vieille, elle n’est pas droite !! Une petite astuce, un quart de rond collé à la colle à bois, et hop on n’y voit que du feu.

J’ai peint l’intérieur des tiroirs. Un échantillon de peinture vendu à l’unité pour un prix modique, est idéal pour un petit projet. J’ai simplement dilué avec de la peinture blanche, pour obtenir une teinte plus claire dans un des tiroirs.

Et voilà !! Un petit vernis mat par dessus le bois, et les deux tiroirs sont prêts. J’ai peint aussi un bouton de tiroir, l’autre est un bouton en laiton chiné, qui trouve ici une belle utilisation.

Maintenant il me reste à utiliser et placer ces tiroirs, mais je vous montrerai cela dans un prochain billet avec des cadeaux à gagner … 

A bientôt 🙂 

DIY un support pour plante suspendue

Dans mes envies de verdure à la maison, j’avais chiné cet été un vieux support à suspension végétale en terre cuite peinte orange. Je n’ai pas fait de photo avant malheureusement, mais je vous montre comment changer un objet que l’on pourrait ignorer tant l’état n’inspirait pas grand chose, en support de plante à suspendre qui a beaucoup plus d’allure.

Tout d’abord il faut bomber le pot nettoyé, à l’envers dans un endroit aéré. J’ai utilisé une peinture satinée (pour radiateurs) blanche (c’était un reste de la rénovation de l’été dernier).

Une fois sec, j’ai utilisé un feutre pour porcelaine. J’ai essayé avec un feutre posca, mais l’effet n’était pas aussi brillant que celui pour porcelaine.
Des motifs un peu libres en noir et blanc, afin de répondre au tableau du Flibustier qui est posé un peu plus loin sur le mur.

J’ai remplacé la corde initiale toute usée, par de la simple corde en chanvre.
Et voilà un joli pot accroché à l’aide d’un crochet au plafond.

 

Une vue plan large du séjour, qui peu à peu trouve une tonalité de déco qui nous plaît. Il reste encore l’enfilade vintage à customiser, un très gros travail pour lequel je n’ai toujours pas trouvé de temps… (soupir).

Alors si vous trouvez un vieux pot sale et moche, n’hésitez pas…

Très bonne semaine !! 

Le charme des beaux outils et bricoles de chine

Durant les vacances, nous avons fait un vide-grenier et visité l’Emmaüs local. Nous étions limité par la place dans la voiture pour le retour, je me suis limitée à quelques coups de coeur.

Le premier et le plus cher à mes yeux, est cet ensemble de 3 petits manches d’outils en bois, avec lesquels je me suis fait en rentrant 3 belles gouges en mettant simplement une lame de gouge dans l’orifice vide de chaque outil. J’aime beaucoup travailler avec des outils originaux, et plus qu’un manche neuf, l’utilisation de manches ayant déjà servi par le passé donne un plus à la gravure.

Un joli sachet de graines, des double-mètres anciens, une jolie boîte et une petite thermos deerbrand blanche (pour accompagner une verte plus grande que j’avais déjà) sont également rentrés avec moi. Un pot henkel de plus également, que je n’ai pas photographié.

Un pot à café (bleu à lignes croisées) en plus pour ma petite collection.

Une nouvelle pomme à glaçon vert vif. J’ai installé hier une nouvelle étagère string chinée il y a quelques temps, mais je n’avais pas encore pris le temps de l’installer. l’arrivée de cette pomme m’a donné l’envie qu’il fallait, afin de pouvoir poser les autres que j’avais déjà. Je n’avais pas vu qu’elle n’avait pas la même taille, en fait j’aimerais plutôt une jaune à la place de cette verte plus foncée… Je lance un petit appel si vous en voyez ! Merci 🙂

Depuis que je suis rentrée, j’ai des envies d’avancer dans la décoration intérieure, peut-être pour anticiper l’automne à venir, afin de préparer doucement la maison. Peut-être aussi parce que la maison change encore avec la rénovation du couloir. J’ai encore du mal à me remettre à l’atelier, aux gouges à la gravure, car je sais que dès que je vais m’y remettre le temps va à nouveau filer pour beaucoup d’autres choses, j’en profite donc encore un peu…

Ma nouvelle boîte à couture

J’ai récupéré dans l’ancien hangar du papa du Flibustier, une jolie boîte ancienne (ainsi que pas mal d’autres objets). Ce hangar construit entièrement à partir de choses récupérées de ci de là, se trouve dans une parcelle de jardins cheminots. (Je n’ai pas de photos, mais on doit y retourner pour aller rechercher encore 2-3 choses, j’essayerai de ne pas oublier l’appareil photo, c’est impressionnant).

Cette boîte contenait des clous, vis et divers objets pour bricoler. Je l’ai nettoyée et je l’utilise pour une utilisation appropriée à son origine, puisqu’elle contenait des fils de mercerie.

Je l’ai rangée dans l’ancienne armoire d’école, qui a migré dans le séjour pour contenir, ma MAC ainsi que l’aspirateur et divers objets à cacher, mais à avoir sous la main très vite 🙂

Un petit « corner of my home » avec une céramique murale colorée chinée il y a quinze jours…

Utiliser des lettres en bois : 1 ère PARTIE

Aujourd’hui, je vous montre le début d’un bricolage que je suis en train de réaliser pour la maison. Comme vous le savez, ou peut-être pas, je collectionne les lettres de diamino. Ce jeu ancien, un peu similaire au scrabble, qui est fait de lettres en bois. La différence c’est que l’on trouve des diamino avec des lettres de différentes couleurs.
J’avais déjà fait un bricolage avec des lettres, si vous voulez le voir c’est un petit clic PAR ICI.

Cette semaine, j’avais dans l’idée de faire un grand cadre avec écrit « les règles de la maison ». Vous avez peut-être du voir passer sur pinterest ces fameuses règles, écrites de différentes façon.

Alors au départ, il y a les lettres, avec lesquelles j’ai écrit ces « règles de la maison ». Elles seront en fait un peu différentes, parce qu’on n’aime pas « ne pas se plaindre », on a aussi parfois le droit de se plaindre je trouve. Ce sera remplacé par autre chose.

J’ai acheté un rectangle d’isorel (qui est utilisé dans les fond d’encadrement) de dimension  45cm x 90cm, et j’ai scié avec la scie à onglet, un cadre à partir de tasseaux rectangulaires, que j’ai cloué sur l’isorel.

Ensuite, j’ai peint le cadre, on a choisi un vert vif.

Au passage un petit coup d’oeil sur la deuxième partie de mon atelier, qui se trouve juste devant, avec les tissus et papiers, je découpe et réalise les carnets sur le bureau, nous avons aussi trouvé une table très solide (sur le bon coin) en bois qui nous sert de table de bricolage.

Je bloque un peu sur la couleur du fond du cadre, et pour cela, j’en appelle à vous, pour cette partie.
J’ai laissé pour le moment le fond brut, moi j’aime assez, le Flibustier pense à du blanc, vos idées sont les bienvenues 🙂
Dès que le choix de la couleur du fond sera fait, j’attaque la fin et je vous montrerai tout cela 🙂

Merci à vous…

Très belle journée

Du mouvement dans l’atelier : avant -après petite étagère murale en bois

Un atelier qui ne bouge pas, c’est un atelier qui n’est pas utilisé. Le lieu est sans cesse en mouvement, les cadres aux murs, les choses qui sont rangées, dérangées, en bazar même. Puis le ras-le-bol me prend, et je passe des heures à tout ranger, chercher une meilleure organisation pour avoir tout à portée de main. De l’espace pour travailler, penser et réfléchir.

La semaine dernière au détour d’un minuscule vide-grenier, j’ai trouvé une petite étagère murale. Le truc fait-maison qui sent la poussière et le vieux. Pour 1€ symbolique je l’ai emporté avec moi. Et dans mes envies de couleur bleue, je l’ai bombé et j’ai collé quelques feuilles de joli papier assorti dedans.
Du coup j’ai réorganisé le mur à la gauche de la table de travail. Rangé les grandes encres aussi près de moi. Ainsi j’ai tout à portée de main.
Dans cette petite étagère, j’y ai mis les cartes et fiche de conseils, que j’envoie avec les tampons. Un petit souffle de bleu pour un morceau de ciel dans l’atelier.

Un petit coup de scie pour enlever l’effet de courbure en haut, ça le modernise un peu.

 

Upcycling : rien ne se perd !

J’avais récupéré une vieille caisse de bricolage en bois l’an dernier, qui ne me servait pas vraiment. Avec la poignée en bois, elle est assez lourde et finissait par devenir plus encombrante que pratique. Cette semaine j’ai fait aussi un peu de tri. J’allais jeter les deux verres de la vitrine de mon meuble enfilade années 50 (qui n’est d’ailleurs toujours pas terminé, mais cela ne saurait tarder), quand mon esprit a relié les deux qui, par je ne sais quel hasard, se sont retrouvés côte à côte dans le rangement.

En fait les deux vitrines en verre s’adaptent parfaitement à la dimension de la caisse. Du coup cette caisse a été transformée en petite serre extérieure pour faire germer les graines. J’y ai semé quelques graines, j’attends maintenant de les voir lever au chaud 🙂
Un petit curieux attendait à côté de moi quand je jardinais sautant sur les mottes de terre à la recherche de petits vers dès que j’avais le dos tourné… 

J’ai planté un cognassier du japon à fleur saumon orange… J’adore la délicatesse de ces fleurs qui annoncent la fin de l’hiver.

Essai de ma nouvelle MAC : Recyclage de canevas

Il y a quelques mois (oui déjà) j’avais trouvé un joli canevas ancien, que j’envisageais de recycler en cabas. J’avais vu les sacs de Charlotte (Tangerinette), mais je voulais juste un côté de sac avec motifs.

A la fin de l’année, ma machine à coudre est tombée en rade, c’était l’occasion de me faire plaisir avec une nouvelle machine. Et hop ! je l’ai reçue la semaine dernière. C’est une Janôme DC2010 Elle a été choisie sur les conseils de Isabelle (Lathelize), j’ai pris le même modèle qu’elle utilise et dont elle semble très satisfaite. Vu son rythme de couture, je ne doute pas de son conseil avisé. La contrainte pour moi était une bonne gestion des épaisseurs, avec cette réalisation j’ai pu tester et c’est parfait. Bon je n’ai testé que des points basiques pour le moment, mais ça ne semble franchement pas bien compliqué. je me faisais toute une montagne de ce type de machine, finalement quel confort !!

Pour le tuto du sac, j’ai utilisé celui de Hélène (Pour mes jolis mômes). Elle a fait un superbe sac navajo, et le tuto video qui va avec.

La bête !!

Le canevas avait un fond noir. J’ai donc utilisé un vieux drap de coton très épais, que j’ai teint en noir. Pour la doublure, j’ai utilisé un tissu petit pan, bien coloré.

J’ai cousu du coton autour du canevas pour le protéger un peu, et le consolider. je ne voulais pas que les coutures du sac portent directement sur le canevas.

Et voilà le grand cabas. Parfait pour aller au marché, ou faire les soldes.

Il ne me reste plus qu’à trouver des morceaux de cuir pour les anses. Je vais regarder des vieilles ceintures en cuir, lors de la prochaine sortie « chine » 🙂