Les fleurs de magnolia

Cette gravure fut réalisée assez facilement, j’ai trouvé assez rapidement une composition satisfaisante. J’ai pris le risque d’utiliser une couleur foncée pour le fond, afin de faire ressortir le rose des pétales et le vert délicat des feuilles. Cette gravure a un côté japonisant je trouve.

J’ai une sorte de blanc, je n’arrive pas à choisir le thème de la prochaine, du coup j’ai repris un dessin d’une gravure oiseaux réalisé il y a plus d’un an, et je l’ai retravaillé pour réaliser la gravure. J’ai présenté le résultat sur Instagram, et si vous ne l’avez pas vu, bientôt sous format article ici ! En attendant les étapes de la gravure des magnolias… Si je vous dis que j’ai chanté chaque fois « les magnoliaaaas » en réalisant cette gravure ? J’étais contente de l’avoir terminée !

Ne me remerciez pas de vous l’avoir mise en tête, c’est cadeau 🙂

 

 

 

 

 

Linogravure Pensées

Encore un incontournable, les pensées. Après avoir dessiné une composition de pensées qui me plaisait à peu près, je n’avais plus envie de la faire en gravure. Cela arrive parfois, un doute qui me bloque. Je ne suis pas complètement sûre de moi, ni satisfaite du dessin. Je trouvais les fleurs trop rondes, je n’arrivais pas à me mettre d’accord sur la couleur des pétales, sachant qu’on trouve des pensées de toutes les couleurs, y compris des oranges !

Je me promène avec mon appareil photo dans les rues et lieux autour de chez moi et je regarde ce qui peut se trouver que je n’ai pas dans mon jardin. J’ai découvert des petits bacs de pensées de toutes les couleurs. J’avais décidé de les faire roses, et puis, le côté graphique des bicolores l’a emporté.

Mais il m’a fallu passer encore beaucoup de temps sur la forme des fleurs et des feuilles pour enfin être satisfaite du résultat. Je le ressens au plus profond de moi quand on y est, car enfin arrive l’envie de me mettre à graver et la hâte de voir une gravure à partir du dessin. Quand je traîne les pieds, c’est souvent que je ne suis pas entièrement satisfaite de ce que j’ai à graver.

Je me suis lancée dans la gravure des différentes plaques, et effectivement, une fois les feuilles de papier passées sur chaque plaque, ces petites pensées délicates me donnent une forme de satisfaction, qui se manifeste souvent par le plaisir de les regarder, encore et encore 🙂

Je rappelle que ces gravures sont disponibles en boutique, et que je peux réaliser une commande, spécifique, sur demande, le montant de cette commande personnalisée vous sera indiqué par la fiche contact.

 

 

 

 

 

 

Les Jonquilles

Évidemment, les jonquilles sont presque avec les pensées (à venir) un incontournable du printemps. J’ai beaucoup hésité à les faire, et c’est suite à un petit sondage que je me suis décidée à me lancer dans la réalisation de cette gravure. La variété de jonquilles (ou narcisses) que l’on trouve le plus dans le jardin, n’était pas celle qui avait ma préférence graphiquement. J’ai donc travaillé le dessin avec des fleurs qui se rapprocheraient plus des jonquilles sauvages que l’on trouve dans la nature. La fleur est plus fine, les pétales aussi.

En langage des fleurs, la jonquille traduit le désir, l’attente, c’est assez amusant d’ailleurs de chercher les signification des fleurs dans ce langage finalement devenu complètement désuet.

J’ai mis un fond violet pour faire ressortir le jaune vif des fleurs, cette gravure est pétante et colorée, le résultat correspond bien à nouveau à cette envie de traiter cette série en simplicité.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’arbre à thé ou Manuka

On trouve depuis quelques années, dans les jardineries, ou même chez les fleuristes des fleurs et arbustes en provenance d’autres continents comme l’Australie, ou la Nouvelle-Zélande. C’est le cas de cette arbuste, le tea-tree dont on fait de l’huile essentielle aux nombreuses vertus. On l’appelle aussi Leptospermum ou Manuka de son nom commun.

C’est la gravure que j’ai faite, à partir des très jolies fleurs de cet arbuste dont j’ai 2 plants dans le jardin depuis peu. La difficultés sera de le conserver en cas de fortes gelées… Mais les fleurs sont très graphiques et se prêtent bien à un traitement de mes linogravures botaniques.

J’ai réalisé comme toujours, un petit dessin, puis un dessin amélioré, mais finalement c’était la simplicité du petit dessin que je préférais. Je l’ai donc gardé pour la gravure. La difficulté dans cette fleur était de représenter simplement les étamines. Il me fallait trouver une astuce graphique pour avoir plusieurs éléments en une couleur. Il faut parfois oser prendre des partis-pris, en disant, bon je mets le tout dans cette couleur on verra ce que ça donne… Au final, cette gravure est une de mes préférées.

 

 

 

 

 

 

Atelier de linogravure

Samedi dernier j’ai accueilli 7 participantes pour l’atelier de linogravure. J’avais prévu comme toujours, beaucoup trop de choses à réaliser. L’après-midi fut très dense mais productive. Mes élèves, ont d’abord réalisé une petite gravure, tout en apprenant les éléments autour du matériel, des techniques, des encres. Elles ont imprimé cette linogravure avec une cuillère puis à l’aide de la presse. J’espère que cela incite d’avantage à se lancer dans la gravure même sans presse à la maison, en effet on peut très bien s’amuser en imprimant à la cuillère !

Puis je leur ai fait tester la gomme à graver japonaise Hinodewashi, pour voir la différence de matériau. Pour cela j’avais préparé une linogravure où les tampons de petites fleurs japonaises ou sakura, ont été imprimés pour finir le motif. Ce motif m’a été inspiré par les papiers peints chinois du 18-19ème siècle.

les 2h30 ont duré plutôt 3 heures, mais le temps passe très vite, l’avantage des ateliers à la maison est que j’ai l’ensemble des métériels possibles sous la main. L’ambiance fut studieuse et très conviviale, j’espère que mes « élèves » furent contentes, et que je leur ai donné l’envie de se mettre à la gravure !

Le prochain atelier sera un atelier tampons, près de Bordeaux en avril.

La table prête à accueillir les participantes dans le séjour bien lumineux

 

Le motif est reproduit sur un calque puis dessiné sur le lino

 

Gravure du lino, attention les gouges sont très affutées et coupantes, une planche de bois avec des protection permet d’éviter avec de bons gestes les accidents…

Le résultat de la gravure, un petit motif où les contrastes des noirs et blancs donnent un résultat graphique intéressant. En linogravure monochrome, c’est important de trouver des équilibres et des formes graphiques. ici le cactus, la colline en fond de tableau, donnent de l’intensité et sont mis en valeur par les zones de paysage plus découpées.

La gravure que j’ai réalisée, sur laquelle sont tamponnés les fleurs de cerisier en gomme gravée, durant l’atelier.

 

 

Les autres réalisations

L’anémone

La gravure suivante, est l’anémone de Caen, ou anémone coronaria, cette jolie fleur peut éclore malgré des journées encore froides, parfois même en hiver et c’est trompeur, car cela ne présage pas encore le printemps.Il existe de nombreuses variétés d’anémones, j’ai dans le jardin, cette variété, que je ne vois pas chaque année, je me dis qu’il se peut parfois que je confonde ses petites feuilles avec des mauvaises herbes, et cela l’empêche de fleurir ? Et d’autres plus petites bleues qui fleurissent en même temps, les anémones blanda. J’ai également 3-4 variétés d’anémones du japon, qui fleuriront seulement en plein été jusqu’à l’automne, ce sont des fleurs élégantes.

Pour cette gravure, j’ai réalisé 3 plaques de lino et quelques tampons, pour les petites touches de détails sur les feuilles et la fleur.

la Nivéole début mars

Peu à peu avec les jours qui rallongent, je vais un peu plus à l’atelier, et moins sous les châles dans le divan…

Il est parfois difficile quand les journées sont sombres de trouver ce regain d’énergie pour faire autre chose que d’hiberner, après tout, nous sommes aussi des mammifères et nos cycles circadiens nous imposent le repos lors des journées les plus froides 🙂

Tout comme le printemps fait sortir les fleurs frileusement de terre, j’ai repris l’envie de graver plus longuement, avec une reprise de motifs botaniques traités en linogravure et tampons. Pour cette première gravure, j’ai inauguré l’élégante nivéole, avec ses petites clochettes qui s’agitent dans le vent, bordées de petites taches vert pâle. De la famille des perce-neige, quand ces fleurs fleurissent au jardin, c’est signe que l’hiver touche peu à peu à sa fin !

J’aimerais dans l’idée, ne faire que des fleurs de saison, que je trouve dans le jardin ou autour de moi, il y en a tant que le choix déjà est difficile. N’hésitez pas à regarder en boutique en effet, les gravures peuvent être disponibles en boutiques, alors que je n’ai pas encore eu le temps de les présenter ici.

Pour cette nivéole, j’ai utilisé 2 plaques de linoléum, pour le fond, en bleu gris un peu froid, rappelant la lumière encore hivernale, et le vert foncé des feuilles. Le vert pâle est rajouté avec des tampons, que j’ai gravé dans la gomme japonaise. Le nom de la plante est également un tampon réalisé en gravure manuelle artisanale. Je n’ai pas souhaité indiquer les noms latins, en effet le traitement des gravures botaniques se veut simple et graphique, et indiquer le nom commun me paraît plus approprié pour ces gravures.

Comme toujours j’espère pouvoir en faire de nombreuses, le format est intéressant et ne demande pas des semaines de travail pour agrémenter cette série.

 

 

Atelier gravure de gommes chez Klin d’oeil

Samedi, a eu lieu un nouvel atelier chez klin d’oeil. Il faisait froid et mauvais dehors, mais l’ambiance était très chaleureuse à l’intérieur. En deux heures, les participantes, ont pu s’initier à l’utilisation du cutter de précision, et des gouges, pour réaliser des tampons. Elles ont gravé des lettres, afin de pouvoir réaliser des tampons d’écriture, puis des motifs au choix pour pouvoir ensuite les utiliser sur des supports variés.

Je fournis toujours une fiche de conseils, un rappel des méthodes vues en atelier, et des indications de matériel. Nous travaillons toujours bien sûr avec les gommes japonaises Hinodewashi, qui reçoivent une approbation sans faille. Les élèves à la gravure découvrent avec du bon matériel, que la gravure de tampons est une pratique ludique et faisable.

J’envisage fin avril, un atelier de gravure de tampons à côté de Bordeaux, et en mars, un atelier de linogravure à Angers chez moi. Pour un nouvel atelier sur Paris, il faudra attendre les beaux jours, mai ou juin je pense ! Mon agenda est chargé en ce moment. A très bientôt !

Linogravure « Anémones »

La gravure en réduction suivante, également de plus grand format comme les orchidées roses, est une gravure que j’ai réalisée sur 2 plaques. Au delà de 4-5 couleurs en réduction, le fait de les passer sur une seule plaque me fait perdre l’intensité des couleurs. Le fait de graver en 2 plaques me permet d’aller jusqu’à 8 à 10 couleurs finales, et de conserver la densité de certaines couleurs, qui n’ont plus à passer les une sur les autres. L’inconvénient, c’est de bien faire en sorte que je n’oublie pas une couleur, et que je choisisse quelles couleurs seront sur une plaque et l’autre. Un travail assez long en amont de préparation avant de graver le premier coup de gouge ! J’ai choisi une composition pour laquelle je me projetais dans une ambiance hivernale sombre. Un côté clair obscur, des anémones très vives sur un fond foncé. Très foncé. Un pari pour une nouvelle façon d’appréhender cette technique qui m’apporte vraiment chaque fois beaucoup de satisfaction. Un nouveau challenge technique, qui me permet aussi de progresser chaque fois un peu plus.

9 couleurs ont été choisies pour cette composition

plaque 1 : 1 jaune, 1 moutarde, 3 verts, 1 bleu pétrole foncé

plaque 2 : 1 orange, 1 rouge, 1 bordeaux

J’avais envisagé un noir pour terminer, après le bordeaux, qui ne resterait que sur les étamines, mais ce n’était pas joli du tout quand je l’ai testé. J’ai donc fini avec le rouge bordeaux.

Je n’en ai plus refait depuis l’automne, il me faut une grande dispo pour programmer une nouvelle gravure, et ce n’est pas le cas en ce moment. J’ai pourtant quelques crayonnés en attente, j’attends la disponibilité pour les mettre en oeuvre.

 

En cliquant sur la photo ci-dessous, vous devriez voir l’animation que j’ai réalisée à partir de photos après certaines impressions. je n’ai pas toutes les étapes, c’est dommage. Je n’y ai pas toujours pensé. Les horaires de prises de vues étant différentes, la luminosité n’est pas non plus la même.

 

 

Ci-dessous, une autre animation avec les plaques cette fois ci- vous verrez les 2 plaques gravées peu à peu jusqu’à avoir des plaques inutilisables.

Une gravure en réduction plus grande

J’avais réalisé l’été dernier une très grande linogravure en réduction. Elle est disponible en boutique, mais je n’avais pas pris le temps de partager sur le site, les étapes de sa réalisation. C’est dommage, car j’aime que par catégories, on puisse trouver l’ensemble des réalisations. Je prends donc le temps de vous montrer les photos de cette réalisation. C’est un plus grand format, en effet la plaque de lino, est en A4 sur une feuille en 30 x 40 cm, là où j’utilisais une plaque de lino A5 sur une feuille de papier A4 auparavant. cela me permet de mettre plus de détails, et donc plus de couleurs. Ce qui est bien, mais plus précis et plus long.

Je réalise toujours le dessin au préalable, et désormais, je prépare aussi avant l’ensemble des couleurs, en travaillant mon crayonné scanné sur photoshop avant pour tester ensuite les couleurs que j’ai en tête au moment du dessin. Je sélectionne certaines zones au lasso, que je colore, cela valide ou non les équilibres de couleur. Pour cette plaque, j’avais montré sur Instagram une jolie plaque peinte en couleurs, avant de me rendre compte que fatigue aidant peut-être j’avais oublié de la reporter à l’envers… J’ai donc du tout recommencer (et perdre une plaque au passage).

En réalisant cette gravure, je me suis retrouvée parfois coincée, dans le passage des couleurs. Je me suis dit que je pourrai peut-être la fois prochaine, faire une réduction en 2 plaques, ça me permettrait de garder la brillance d’un rouge et d’un vert, sans avoir à choisir si je passe l’un après l’autre ou l’inverse. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait ensuite, je prendrai à nouveau le temps de partager ce travail suivant.

La gravure finale, avec les couleurs, beige / vert clair / jaune / rose clair / vert foncé sur le pot et sur la base / rouge foncé sur le pot / rouge rose foncé sur les fleurs / vert vif sur les feuilles / bordeaux sur les fleurs / vert très foncé dans les feuilles.

J’ai donc passé chaque feuille de papier 10 fois de suite sous la presse pour arriver au résultat final. Il ne faut donc pas trop avoir de décalage sur les superpositions de couleurs. Au départ je pensais utiliser un jaune, pour le mot thé. Mais ça ne rendait rien du tout sur le vert précédent. Dommage.

 

 

 

Au stade intermédiaire, c’est parfois questionnant, mais il faut avoir de la patience, car ce sont les petits détails des couleurs finales plus foncées qui équilibrent le dessin. A ce stade, c’est fade et un peu mollasson.

Avec la couleur foncée, le doute part et ne reste que la joie renouvelée de découvrir l’effet magique de la gravure en réduction ! Il ne reste plus grand chose de la plaque, c’est fini, plus de retour en arrière possible, les feuilles seront uniques, numérotées sur les meilleurs tirages, plus une de plus ne sera possible sur ce motif.