Gravure en réduction : Petites linottes

Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus attaquée à une gravure en réduction. depuis le bouquet en pot d’épices « Anémones » il y a tout juste 1 an. J’ai réalisé depuis essentiellement des gravures en plusieurs plaques, une plaque par couleur. Cela a l’avantage de pouvoir retirer les impressions au besoin, même si je limite quand même les tirages à 50 ou 100 exemplaires. Mais vu que je souhaitais faire des plus grands formats, en un certain nombre de couleurs, graver 7, 8 ou 10 plaques est finalement plus laborieux, dans ce cas là, la réduction est plus pertinente. cela nécessite cela dit, de la précision, de l’anticipation, car il faut calculer exactement quel ordre de couleurs passer sur la plaque au fur et à mesure.

J’utilise comme vous le savez des encres à l’eau Schmincke, outre le rendu mat et velouté que j’aime beaucoup sur le papier, elles ont l’avantage de sécher rapidement en quelques heures. Ce qui me permet de passer parfois 2 couleurs par jour (matin et soir) et avancer relativement vite sur une gravure. Sauf qu’elles sont quand même moins couvrantes et opaques que des encres à l’huile de lin, qui pourraient permettre de passer des couleurs très claires sans problème sur des couleurs foncées, mais il faut attendre parfois 10 jours de séchage pour chaque couleur, ce n’est pas possible pour moi d’envisager 3 mois pour terminer une gravure. Mais les encres à l’eau ne sont pas aussi couvrantes, et il est recommandé de passer des couleurs foncées sur les claires, ou d’éviter de trop mélanger les tons opposés, comme mettre un vert sur un rouge. A cause de cela, plutôt que de m’obstiner à ne prendre qu’une plaque pour 9 ou 10 couleurs, je préfère décomposer les couleurs en 2 plaques, travaillant les gammes de couleurs d’une plaque à l’autre. Cela permet de travailler sur des zones sans recoupement de couleurs qui n’iraient pas les unes sur les autres. Certes il faut que je réfléchisse beaucoup en amont, dans les choix de couleurs, mais une fois ce travail préliminaire réalisé, le passage et la gravure des plaques est plus précise et donne un rendu propre en terme de mélange des couleurs.

J’ai voulu aller un peu plus loin qu’une taille 18 x 23 cm, et je m’attaque donc à plus grand, un peu plus ambitieux avec des compositions plus travaillées. C’est un des projets de l’année, faire quelques bouquets en pot d’épices plus grands, des compositions plus grandes, et même me lancer dans des paysages.

Voici donc cette gravure dont l’idée est venue peu à peu, comme j’ai du déjà le dire (désolé si je me répète) parfois les idées sont longues à mûrir et d’autres fois cela vient rapidement. mais une fois l’idée en place, la consolidation du dessin qui pourrait donner une « bonne » gravure (c’est à dire qui me donne cette intime satisfaction quand j’arrive à une esquisse au crayon qui tienne la route à mes yeux) peut prendre du temps. On m’a soufflé l’idée des linottes mélodieuses, petits oiseaux, dont le ventre se tache d’orangé clair. J’aime que mes oiseaux soient plus ou moins reconnaissables, même si parfois je privilégie la forme graphique in fine à la réalité. Mais j’ai mis un peu de temps à leur trouver un cadre végétal de support, après les avoir envisagé dans des chardons (idée que je garde pour une autre gravure), ces petites linottes se sont posées dans des digitales, et voici en images, le processus qui m’a amené à la création de cette grande gravure donc le motif imprimé est de l’ordre d’une plaque A4, avec une feuille papier 28 x 35 cm, qui correspond à une taille de cadre standard dans le commerce pour faciliter son encadrement. Seulement 12 tirages originaux ont été réalisés. Comme toujours en réduction, il n’y en aura pas d’autres, les plaques sont perdues une fois terminé le passage des couleurs.

Voici la gravure terminée, il y a 9 couleurs en tout, L’esquisse terminée de la gravure, que j’ai détaillée plus finement sur le lino, pour la transformer en zones de couleurs, je voulais donner du mouvement aux plantes, comme si ce perchoir végétal était habituel, certains s’y posant de façon longue comme une zone d’observation de l’entourage, et d’autres seraient venus se poser un instant très court.

La couleur du fond est toujours délicate à choisir, car elle révèle ou éteint selon le choix les couleurs suivantes. Quand elle est en premier, je n’ai pas intérêt à me rater, en même temps, si je ne mets pas de fond, je trouve que c’est vide. J’ai donc choisi un gris léger qui fait son boulot de « poser » la composition, de l’ancrer sur le papier, et en même temps elle sait se faire oublier.

Dans un rayon de soleil, 4 couleurs sont passées, le gris du fond, (avec une touche de jaune pour le rendre chaleureux), un beige, un orangé clair et un marron rouille. J’ai laissé les ronds des parties jaunes des digitales en blanc, de crainte que le jaune soit terne si je le passais directement sur le gris.

Ensuite les touches de jaune, pour le coeur des digitales. Le jaune est une couleur qui supporte peu d’être passé sur autre chose que la feuille blanche.

Couleurs suivantes, passer le rose avant le vert, afin que les tiges et hauts de fleurs recouvrent bien les pétales roses. le vert foncé donne le relief aux feuilles. Tant que les couleurs foncées de sont pas passées, la gravure semble « éteinte ». Souvent j’ai beaucoup de doutes tout le long du processus, et ils s’envolent seulement lorsque les couleurs foncées sont enfin passées, soudain, le motif se réveille et prend le relief que j’espérais quand j’ai imaginé la gravure tout au début dans les esquisses au crayon.

Comme là, le rose foncé pose la forme des grosse clochettes alors qu’avant, avec une seule couleur, c’était bien terne et sans relief. J’ai également terminé avec le brun foncé. Qui réveille les oiseaux et leur donne de la présence dans cette composition. On voit bien qu’entre ces deux étapes, tout change.

Voici donc cette gravure terminée, cela me rappelle mes balades d’enfance en forêt vosgiennes, au milieu des immenses digitales, qui déjà, me fascinaient par leur beauté.

A bientôt pour de nouvelles compositions 🙂

 

Article précédent

1 Commentaire

  1. Avatar

    Magnifiques ces linottes sur les digitales, les couleurs sont tellement lumineuses !
    Merci de nous expliquer les étapes, les différents passages et de partager tes doutes….
    Comme pour tes hirondelles, ces petits oiseaux donnent un plus, sans surcharger la composition.
    Bises. Claudie.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *