Hirondelles en bord de mer

L’idée d’une gravure germe parfois dans mon esprit, de façon soudaine. Je vois une photo d’oiseau (je suis abonnée à quelques comptes de photos ornithologiques), je m’imagine cet oiseau dans un cadre végétal. Mais entre cette idée et la satisfaction d’une composition finale, prête à être gravée, cela prend parfois du temps. Pour vous dire, j’ai en attente encore depuis plusieurs mois, des esquisses d’un pic vert sur un arbre, d’une mésange avec un gros hanneton, et je ne suis pas satisfaite du resultat, donc je laisse en plan, je reprends le dessin je le retravaille jusqu’à satisfaction. cette satisfaction prend la forme d’une petite sensation au coeur de mon corps, quelque chose comme de la hâte à le voir gravé. Un enthousiasme visuel, une petite voix qui me dit « oui c’est ça ». Parfois elle se tait longtemps, alors je ne grave pas. Quand je grave quand même, je ne suis pas tout à fait satisfaite.

Bon tout cela pour vous dire que ces hirondelles, elles sont venues très vite sur le lino. Les hirondelles volent parfois bas, j’ai associé cet oiseau aux vents marins, parce qu’elles migrent aussi. Et j’avais l’idée de les représenter en bord de mer, oui mais comment ? Et bien par l’absence de végétal, par des piquets de bois clair, lavé par les embruns, par des graminées souples. C’était là, juste dans ma tête, et j’aime la simplicité du résultat.

La presse qui a beaucoup tourné ces dernières semaines. Bon j’avoue ça me casse un peu le dos en fin de journée, mais la satisfaction est là.

Article précédent

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *