Linogravure aux tons d’hiver

Depuis plusieurs mois des idées de gravures étaient dessinées sur mes carnets, il me manquait l’énergie pour passer de l’idée à la gravure des 5 parfois 6 plaques nécessaires à la réalisation des tirages imprimés. Il me faut environ 4 à 5 jours pour réaliser une gravure, ce temps m’a été impossible à mettre en oeuvre depuis plusieurs mois. C’est donc avec joie que j’ai pu faire quelques nouvelles gravures.

Pour celle-ci je voulais un contraste avec le jaune des chardonnerets. J’ai donc pensé à une ambiance un peu hivernale avec le bleu des pins bleus, et un joli fond kaki. C’est toujours la magie des couleurs qui survient au dernier passage, les premières couleurs ne présagent pas du résultat final, il me faut attendre la fin pour savoir si cela fonctionnera.

C’est pour cela que j’aime autant la gravure. Toujours aussi en recherche de graphisme simple, à l’image de certaines estampes des japonais, ou des images que l’on trouve sur les boîtes d’allumettes vintage que j’adore, c’est cette simplicité que j’aime. Et j’essaye plus ou moins en fonction des sujets de rechercher le trait simplifié. Tout en gardant le reconnaissance des oiseaux et des végétaux.

Comme pour l’ensemble des gravures à plusieurs plaques, j’envisage une centaine de tirages, pour le moment, une dizaine est disponible en boutique. Les impressions sont faites sur du papier ARCHES 100% coton, qui est doux au toucher et assez résistant.

La première plaque est encrée de la couleur des aiguilles de pin bleus. Pour ce modèle j’ai choisi de faire ressortir les aiguilles en creusant la plauqe d’après. Des zones colorées correspondant aux endroits où les aiguilles apparaîtront sont suffisantes.

Le charme des gravures, j’ai des repères pour que les couleurs correspondent au mieux, cependant on aperçoit des minuscules décalages j’adore cet effet qui est représentatif des gravures.

La plaque de fond, qui n’est pas faite en premier pour une fois, gravée finement en laissant les formes qui seront celles des aiguilles, et laissant aussi les zones des oiseaux et des baies.

Les unes après les autres, les plaques  semblent un peu étranges, les motifs ne donnent rien ainsi. C’est seulement à la fin qu’on voit l’ensemble. Il faut du temps de réflexion lors de la réalisation du dessin, pour savoir quelle couleur est nécessaire et dans quel ordre les placer.

La gravure scannée

Article précédent

Article suivant

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *