La Fabutineuse https://lafabutineuse.com Wed, 24 Jun 2020 15:08:31 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.5.1 Teinture de mélisse https://lafabutineuse.com/2020/06/teinture-de-melisse.html https://lafabutineuse.com/2020/06/teinture-de-melisse.html#comments Wed, 24 Jun 2020 15:08:31 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8335 Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait un article avec des tampons. L’opportunité est venue, avec la réalisation d’une teinture mère de mélisse. Cette année le confinement puis la sortie un peu bizarre de cette période a perturbé mon énergie créatrice. Le jardin en revanche a été source de moments où j’ai pu me […]

The post Teinture de mélisse first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Cela faisait longtemps que je n’avais pas fait un article avec des tampons. L’opportunité est venue, avec la réalisation d’une teinture mère de mélisse. Cette année le confinement puis la sortie un peu bizarre de cette période a perturbé mon énergie créatrice. Le jardin en revanche a été source de moments où j’ai pu me ressourcer. Je n’avais aucun problème à passer des heures à jardiner, planter, désherber, semer, alors que par ailleurs il m’a été difficile de graver. Plusieurs projets sont en attente, et j’escompte bien les terminer, peu à peu, prendre le temps de s’écouter est aussi important. J’espère quand même cette année, manger des légumes du jardin.

Si vous suivez les partages que je fais sur instagram, vous avez vu qu’il est tout petit, nous devons avoir 40 à 50 m2 cultivables en potager. Il est prévu de supprimer de la pelouse cet automne pour augmenter cette surface. En effet malgré sa petite taille, je me dit qu’il n’est pas impensable d’avoir une certaine autonomie, et j’aimerais bien y arriver. En attendant je ne peux laisser les plantes envahir tout l’espace, ce qu’est en train de faire la mélisse. Elle pousse particulièrement bien et je suis obligée d’en arracher beaucoup chaque année. C’est l’occasion de troc, j’ai un collègue qui fait des centaines voire des milliers de semis, qui a 2 hectares de jardin, et donc, pour qui le problème est de trouver des plantes pour remplir l’espace. Le troc c’est toujours sympa ! J’ai donc pu échanger, mélisses et vivaces à démultiplier, contre plants de potimarrons, tomates, pâtisson, concombres.

Je fais sécher la mélisse pour de la tisane, et j’ai voulu tester la réalisation de teinture mère. La recette des teintures mères est très simple, il suffit de mettre la plante coupée, hachée en morceaux, dans de l’alcool fort (40 à 70° selon ce que vous avez sous la main), et de laisser dans le noir, 3 à 4 semaines. Mon conjoint étant sujet aux insomnies, et à une certaine dose de stress, je me suis dit que c’était bien dommage de ne pas utiliser les propriétés apaisantes de la mélisse du jardin pour cela.

Evidemment, une étiquette est venue compléter le bocal de teinture obtenu, avec une plus petite pour le flacon goutte, acheté à côté de chez moi à la CABA Biocoop, qui vend depuis quelques temps tout le matériel pour faire ses cosmétiques soi-même, dont des flacons de multiples tailles.

Je vous propose dans cet article, 2 petits fichiers à télécharger, si vous avez envie de réaliser cette teinture mère, des étiquettes grand format, de couleur noire, ou verte. Vous pouvez les enregistrer, elles sont tout en bas de l’article.

 

The post Teinture de mélisse first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/06/teinture-de-melisse.html/feed 7
Gravure en réduction : Le printemps est là https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-le-printemps-est-la.html https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-le-printemps-est-la.html#respond Fri, 06 Mar 2020 07:50:16 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8287 Cette composition de gravure m’est venue quand j’ai reçu une photo de ma mère, qui nourrit tout l’hiver les mésanges et autres oiseaux du jardin. Les oiseaux habitués à recevoir leur pitance, viennent même parfois taper leur bec contre la vitre. Plus jeune je n’aimais pas les Forsythias, il y a comme cela des goûts […]

The post Gravure en réduction : Le printemps est là first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Cette composition de gravure m’est venue quand j’ai reçu une photo de ma mère, qui nourrit tout l’hiver les mésanges et autres oiseaux du jardin. Les oiseaux habitués à recevoir leur pitance, viennent même parfois taper leur bec contre la vitre. Plus jeune je n’aimais pas les Forsythias, il y a comme cela des goûts qui évoluent. Je n’aimais pas le jaune dans le jardin. Ça a changé, je commence à en inclure peu à peu. Un petit peu quand même pas trop. Les forsythias pour moi c’est le jardin de ma mère, ils fleurissent en abondance et annoncent le printemps. Donc c’est en pensant à elle et au jardin de mon enfance que j’ai réalisé cette composition, qui annonce le printemps.

J’ai voulu représenter enfin suggérer la multitude de petits oiseaux piaillant et voletant dans les branches. Picorant les graines dans les coupelles, puis sauvages, revenir se réfugier dans les arbustes. Le format est donc un peu plus grand que ce que j’ai pu faire. J’ai donc passé de nombreuses heures à graver ces plaques. Seulement 10 tirages sont disponibles dont quelques uns à la vente seulement. En effet comme je ne perds pas espoir de réaliser une (des) exposition(s), je garde des exemplaires dans cette optique.

Pour le fond j’ai du enlever les zones qui accueillent la couleur jaune des fleurs, en effet, j’ai déjà du le dire, mais la couleur jaune ne supporte pas bien une autre couleur en dessous, sous peine de ne plus être aussi intense et vive.

Je passe un bleu ciel

Les petits dessins, qui me permettent de trouver les positions des oiseaux sur les branches, les différentes formes possibles des pétales / fleurs. Je travaille d’après photos essentiellement.

La plaque jaune, la difficulté est toujours de positionner la feuille au bon endroit pour ne pas avoir trop de décalages, même s’ils font aussi partie du charme de ce processus de gravure.

Peu à peu, le lino disparaît des plaques.

Un beau bleu vif

Puis les petits détails qui finissent l’oiseau, comme cette petite tache kaki sur le dos des mésanges.

J’étais dubitative en débutant cette gravure, et au final je l’aime beaucoup. Cette luminosité me fait vraiment penser à l’arrivée des beaux jours, quand le soleil est vif et frais, l’odeur du printemps se ressent. J’ai donc intitulé cette gravure « Le printemps est là ». Maintenant, ici il pleut beaucoup et je l’attends avec impatience…

Les plaques terminées, perdues, rangées comme souvenir restant de ce travail. C’est fini, l’idée est désormais transformée en une belle gravure sur le papier.

 

The post Gravure en réduction : Le printemps est là first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-le-printemps-est-la.html/feed 0
Gravure en réduction : Violettes https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-violettes.html https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-violettes.html#respond Fri, 06 Mar 2020 07:18:46 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8285 Une nouvelle linogravure en réduction grand format. Réalisée à partir de 2 plaques de lino gravées au fur et à mesure, pour passer les couleurs les unes après les autres. Je réalise toujours environ 20- 25 tirages pour ne garder au final que les plus réussis. 16 tirages sont conservés, actuellement disponibles en boutique, numérotés […]

The post Gravure en réduction : Violettes first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Une nouvelle linogravure en réduction grand format. Réalisée à partir de 2 plaques de lino gravées au fur et à mesure, pour passer les couleurs les unes après les autres. Je réalise toujours environ 20- 25 tirages pour ne garder au final que les plus réussis. 16 tirages sont conservés, actuellement disponibles en boutique, numérotés et signés. Ils sont réalisés sur du papier 100% coton.

Le dessin préparatoire, à partir de celui-ci je colorie les parties en sélectionnant le nombre de couleurs finales, et je décompose les gravures selon ces couleurs à passer au fur et à mesure.

3 couleurs sont passées, le beige du fond, le kaki clair du bas et le jaune.

2 verts naissent sur la papier, ainsi que des détails orange du vase / pot à épices.

Un violet clair, vient dessiner la forme du bouquet.

Et un rose, un violet bleu clair, des touches de bleu dans le vase, puis un violet foncé viennent révéler la forme des fleurs dans ce bouquet. Nous avons 11 couleurs sur cette gravure. 11 passages sur la presse.

Les plaques restantes, perdues, je ne peux plus revenir en arrière, ni changer les couleurs.

Détail.

Ces cadres et petits pots à épices se trouvent sur les murs de mon bureau, et agrémentent mes journées en attendant de revenir à l’atelier 🙂

The post Gravure en réduction : Violettes first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/03/gravure-en-reduction-violettes.html/feed 0
Moku hanga : Fuchsias https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-fuchsias.html https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-fuchsias.html#comments Tue, 03 Mar 2020 16:43:38 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8265 Voici le meilleur résultat d’essai d’estampe que j’ai pu réaliser. Après de nombreuses recherches, j’ai enfin compris quel degré d’humidité il fallait pour mon papier. C’est délicat à maîtriser, mais je pense avoir enfin trouvé, le résultat d’impression en est grandement changé. Voici donc une nouvelle estampe, qui est mise en boutique cette fois-ci (PAR […]

The post Moku hanga : Fuchsias first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Voici le meilleur résultat d’essai d’estampe que j’ai pu réaliser. Après de nombreuses recherches, j’ai enfin compris quel degré d’humidité il fallait pour mon papier. C’est délicat à maîtriser, mais je pense avoir enfin trouvé, le résultat d’impression en est grandement changé. Voici donc une nouvelle estampe, qui est mise en boutique cette fois-ci (PAR ICI) ! En effet le résultat final me plaît enfin. Voici le processus de réalisation de cette gravure sur bois, imprimée à la main, selon la technique ancestrale japonaise de l’estampe japonaise.

Voici les esquisses au crayon qui ont permis d’aboutir à la création de ce bouquet.

Le dessin reporté sur des feuilles de papier de soie, puis transférées sur bois, pour être gravées sur chaque planche différente, pour chaque couleur. Pour les couleurs de fond et de base, j’ai utilisé le même côté d’une planche, que j’ai retourné.

Première couleur, un fond turquoise.

Frottement du papier au baren, la finesse du papier japonais permet de bien gérer l’impression, on voit le dessin apparaître à travers le papier.

L’envers est aussi beau que l’endroit, cet effet de nuages, quand le papier est encore mouillé est poétique.

A l’endroit. Ce tirage n’a pas les couleurs finales, en effet j’ai finalement modifié le bleu des feuilles pour un vert foncé, que j’ai passé après le vert clair. Ces épreuves permettent aussi de vérifier les superpositions.

J’ai donc enlevé les zones de bois qui posait problème, et changé de couleur.

Le vert pâle

Dépôt de la couleur avec une petite brosse japonaise en poils naturels. les petits mouvements permettent un dépôt homogène sur la surface.

Et toujours l’envers, je ne m’en lasse pas.

La dernière couleur. Au départ j’avais choisi un lavande, mais la composition était fade. Ce beau violet, qui est devenu légèrement plus rose en séchant révèle les belles corolles des fuchsias.

L’ensemble des planches gravées. Les planches sont gravées des deux côtés.

DétailIl est très difficile de faire ressortir exactement les couleurs de cette gravure, elles sont évidemment dépendante des différents écrans que vous utilisez. Et comme toujours le résultat est plus intéressant en vrai que sur une photo. 

 

The post Moku hanga : Fuchsias first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-fuchsias.html/feed 2
Moku hanga : Dahlias https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-dahlias.html https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-dahlias.html#respond Tue, 03 Mar 2020 15:48:32 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8234 Après l’essai d’une estampe de paysage, je ne voulais pas cumuler, devoir progresser en travail graphique et technique, j’ai donc choisi de revenir vers une composition plus « facile » (ha ha ha oui, je pensais cela, en travaillant sur ce dessin de dahlias) c’est à dire un bouquet de fleurs. Je vais aller assez vite sur […]

The post Moku hanga : Dahlias first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Après l’essai d’une estampe de paysage, je ne voulais pas cumuler, devoir progresser en travail graphique et technique, j’ai donc choisi de revenir vers une composition plus « facile » (ha ha ha oui, je pensais cela, en travaillant sur ce dessin de dahlias) c’est à dire un bouquet de fleurs.

Je vais aller assez vite sur cet essai, mais je souhaite néanmoins le partager car, il fait partie de la progression, et est, en cela tout de même intéressant. Comme précédemment, j’ai reporté un dessin sur papier « transfert » à l’envers, collé sur le bois avec du liant nori. Puis gravé les différentes couleurs.

Pour cette gravure, j’ai utilisé des plaques de bois de tilleul brut, plus facile à travailler que le contreplaqué, même s’il est plus dur. Il est plus aisé de creuser autour des formes, et de dégager le motif pour l’impression.

Plein de chips de bois sur le bureau, l’avantage du bois brut non traité, c’est que ces chips vont finir au jardin !! C’est le côté naturel de la technique qui me plaît aussi.

La première impression du fond. Comme précédemment, lors de la réalisation du paysage, les couleurs étaient trop claires, j’ai foncé les encres. Sauf que le fond, du coup est un peu trop foncé. Ce qui est bien, c’est que les plaques sont là, et que je pourrais y revenir plus tard avec d’autres choix de couleurs.

J’ai également, reçu des brosses spéciales commandées au japon pour imprimer les encres (aquarelles, gouaches) sur le bois. Il est évident que d’utiliser le matériel adéquat change énormément le résultat. Mais je ne suis toujours pas satisfaite du taux d’humidité du papier. J’ai utilisé pour ce modèle un papier en fibres de bambou, pourtant conseillé par ailleurs pour cette technique. Mais cela ne me convient pas.

Pour cette gravure, j’ai dû re-graver des plaques après un premier essai. En effet, les fleurs n’avaient pas assez de relief, j’ai donc rajouté 2 couleurs.J’ai également testé 6 papiers différents sur cette gravure. J’ai acheté des feuilles spéciales en petites quantité et testé chaque papier. Comme pour chaque technique que je réalise les débuts et essais me coûtent assez cher, le temps que je trouve le matériel, le fournisseur, qui me convient. J’avais fait cela pour l’impression textile, et de nouveau j’ai cherché le support qui me convenait au vu de ma façon de faire. J’ai sélectionné au final 2 papiers qui me conviennent, ma préférence va au papier awagami japonais, chaque feuille est réalisée à la main avec une technique ancestrale avec des fibres de kozo (mûrier). Évidemment c’est le plus cher, ça ne serait pas amusant sans cela.

Je vous partage le résultat final, il faudra que je ré-essaye et je ne m’avoue pas vaincue, je commence à percevoir où sont les potentielles améliorations possibles. Le geste vient doucement, mais sûrement, mais c’est en tous les cas bien plus délicat que la technique de linogravure, tellement d’éléments entrent en jeu. Le bois, le matériel, les encres, le liant, le papier, l’humidité, les superpositions de couleurs. Chaque fois qu’une chose est comprise, il reste encore tant à apprendre.

The post Moku hanga : Dahlias first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/03/moku-hanga-dahlias.html/feed 0
Une nouvelle technique de gravure : Moku hanga, premier essai https://lafabutineuse.com/2020/03/une-nouvelle-technique-de-gravure-moku-hanga-premier-essai.html https://lafabutineuse.com/2020/03/une-nouvelle-technique-de-gravure-moku-hanga-premier-essai.html#respond Tue, 03 Mar 2020 15:01:02 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8232 Je ne sais plus trop comment cette idée m’est venue, il me semble que c’était en voulant faire des paysages en gravure, et que je ne me sentais pas en phase avec la réalisation de compositions de paysages en linogravure. Je commence à maîtriser le processus de linogravure, j’ai toujours plein de projets en cours, […]

The post Une nouvelle technique de gravure : Moku hanga, premier essai first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Je ne sais plus trop comment cette idée m’est venue, il me semble que c’était en voulant faire des paysages en gravure, et que je ne me sentais pas en phase avec la réalisation de compositions de paysages en linogravure. Je commence à maîtriser le processus de linogravure, j’ai toujours plein de projets en cours, en attente, à faire… Mais j’aime aussi explorer. Réaliser des paysages était une idée qui me trottait en tête depuis quelques temps, mais comme souvent, le temps me freinait, car je ne suis pas très à l’aise avec la réalisation de compositions de paysages. Je suis à l’aise avec le dessin de fleurs, comment les organiser en bouquet, comment travailler le graphisme d’un bouquet. Pour ça, les choses roulent, je suis presque en « routine ». Et quelque part cela me freine, oh bien sûr, je n’ai pas l’intention d’arrêter, mais j’avais envie d’autre chose, de revenir au bois gravé. Chaque fois que je regarde une gravure sur bois, je suis séduite. Ce matériau organique me parle.

C’est donc naturellement que ce cheminement m’a amené vers l’idée qu’il fallait que je re-teste la gravure sur bois mais avec la technique de l’estampe japonaise ou encore « Moku hanga » ce qui signifie « impression (hanga) sur plaque de bois (Moku) ». Cette technique se rapproche de celle que je pratique déjà, en linogravure à plusieurs plaques, ici, il s’agit de planches de bois gravées, sur lesquelles on passe les couleurs. L’intérêt notable de cette technique étant aussi, pour moi qui n’ai pas des jours entiers à l’atelier, qu’une fois les bois gravés, l’impression complète peut se faire en une journée, même s’il y a 5 ou 6 plaques de bois différentes.

Les couleurs sont des couleurs à l’eau (aquarelles, gouaches), brossées directement sur le bois avec un liant (NORI), à base d’amidon (de riz, de blé). Le papier doit être humide et l’impression se fait en frottant avec un baren le papier sur le bois. L’encre est déposée (bue) par les fibres du papier. Jusqu’ici tout va bien, et paraît simple. Je me suis lancée dans cette technique et pour débuter, j’ai utilisé des planches de contreplaqué japonais qu’il me restait des gravures sur bois réalisées il y a quelques années.

D’abord, j’avais une photo d’un lieu que j’ai beaucoup aimé, lors de nos vacances en Corrèze il y a deux ans. J’ai cherché à représenter cette vue, et j’ai un peu galéré ! Je ne suis pas spécialiste des paysages, et pourtant j’aimerais bien savoir en dessiner, il va falloir que j’y travaille avec un carnet de croquis cette année. L’occasion de me donner un chouette objectif.

J’ai même testé la peinture acrylique et la gouache pour dessiner cette vue (j’ai partagé à ce moment là mes essais sur les stories d’Instagram), et j’ai gardé cette composition.Ensuite, j’ai reporté le dessin simplifié sur calque, scanné celui-ci et imprimé sur papier de soie, qui m’a servi de papier transfert. Les puristes de l’estampe, utilisent du papier « gampi » (très fin, et surtout très cher !!), sur lequel est transféré les dessins à graver (hanshita). J’ai utilisé la technique dite « de la débrouille » et surtout pas chère avec du papier de soie collé sur le bois avec du Nori. Une fois sec, on arrive à graver parfaitement. Le même dessin est donc collé (avec précision au même endroit) sur chaque planche, et les parties correspondantes aux différentes couleurs sont gravées.

L’affûtage des gouges est un préalable. Graver du bois, nécessite des gouges tranchantes comme des lames de rasoir. J’ai donc utilisé ma pierre arkansas pour remettre à neuf mes lames. J’ai des outils différents de ceux que j’utilise pour le lino, quelques gouges japonaises soigneusement affûtées.

Les plaques sont toutes gravées. Je n’apprécie pas particulièrement le contreplaqué japonais, car les différentes couches de bois collées, n’ont pas la même orientation des fibres, et c’est assez désagréable en gravant. Il y avait même une fine couche de papier entre deux couches ! Je préfère graver sur du bois plein, je me suis donc réapprovisionnée, suite à cela, en bois brut.

Ensuite, la couleur est passée avec une brosse sur le bois. Clairement, ce premier essai ne fut pas une belle réussite. Il n’avait pas d’autre but que de me mettre à cette technique, et d’apprendre de mes erreurs, c’est bien ainsi que j’ai démarré en linogravure, je n’ai pas fait autrement. Les couleurs sont trop pâles, l’humidité du papier était clairement mal maîtrisée, les brosses utilisées n’étaient pas adaptées, la cata ! Mais j’ai beaucoup appris. Le résultat est un peu fade, c’est l’effet aquarelle, en séchant une couleur qui paraît dense devient trop clair, il faut utiliser et mixer l’utilisation de gouaches plus denses m’a-ton soufflé à l’oreille. J’ai désespéré.

 

J’écris cet article plusieurs semaines après ce premier essai. Je me souviens avoir terminé, en étant limite désespérée, et me demandant pourquoi j’ai choisi de quitter la route du confort de la linogravure maîtrisée pour cette nouvelle technique, hésitant entre envie de ne pas continuer, et espoir que ça pourrait changer.

J’avais fait une commande importante de matériel venant du japon (brosses) et de bois (voir ci-dessous), je devais continuer. J’ai donc de suite remis mes gouges sur l’ouvrage, la suite au prochain article…

Planches de tilleul

The post Une nouvelle technique de gravure : Moku hanga, premier essai first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/03/une-nouvelle-technique-de-gravure-moku-hanga-premier-essai.html/feed 0
Gravure en réduction : Petites linottes https://lafabutineuse.com/2020/01/gravure-en-reduction-petites-linottes.html https://lafabutineuse.com/2020/01/gravure-en-reduction-petites-linottes.html#comments Thu, 30 Jan 2020 09:08:36 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8185 Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus attaquée à une gravure en réduction. depuis le bouquet en pot d’épices « Anémones » il y a tout juste 1 an. J’ai réalisé depuis essentiellement des gravures en plusieurs plaques, une plaque par couleur. Cela a l’avantage de pouvoir retirer les impressions au besoin, même si je limite […]

The post Gravure en réduction : Petites linottes first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Cela faisait longtemps que je ne m’étais plus attaquée à une gravure en réduction. depuis le bouquet en pot d’épices « Anémones » il y a tout juste 1 an. J’ai réalisé depuis essentiellement des gravures en plusieurs plaques, une plaque par couleur. Cela a l’avantage de pouvoir retirer les impressions au besoin, même si je limite quand même les tirages à 50 ou 100 exemplaires. Mais vu que je souhaitais faire des plus grands formats, en un certain nombre de couleurs, graver 7, 8 ou 10 plaques est finalement plus laborieux, dans ce cas là, la réduction est plus pertinente. cela nécessite cela dit, de la précision, de l’anticipation, car il faut calculer exactement quel ordre de couleurs passer sur la plaque au fur et à mesure.

J’utilise comme vous le savez des encres à l’eau Schmincke, outre le rendu mat et velouté que j’aime beaucoup sur le papier, elles ont l’avantage de sécher rapidement en quelques heures. Ce qui me permet de passer parfois 2 couleurs par jour (matin et soir) et avancer relativement vite sur une gravure. Sauf qu’elles sont quand même moins couvrantes et opaques que des encres à l’huile de lin, qui pourraient permettre de passer des couleurs très claires sans problème sur des couleurs foncées, mais il faut attendre parfois 10 jours de séchage pour chaque couleur, ce n’est pas possible pour moi d’envisager 3 mois pour terminer une gravure. Mais les encres à l’eau ne sont pas aussi couvrantes, et il est recommandé de passer des couleurs foncées sur les claires, ou d’éviter de trop mélanger les tons opposés, comme mettre un vert sur un rouge. A cause de cela, plutôt que de m’obstiner à ne prendre qu’une plaque pour 9 ou 10 couleurs, je préfère décomposer les couleurs en 2 plaques, travaillant les gammes de couleurs d’une plaque à l’autre. Cela permet de travailler sur des zones sans recoupement de couleurs qui n’iraient pas les unes sur les autres. Certes il faut que je réfléchisse beaucoup en amont, dans les choix de couleurs, mais une fois ce travail préliminaire réalisé, le passage et la gravure des plaques est plus précise et donne un rendu propre en terme de mélange des couleurs.

J’ai voulu aller un peu plus loin qu’une taille 18 x 23 cm, et je m’attaque donc à plus grand, un peu plus ambitieux avec des compositions plus travaillées. C’est un des projets de l’année, faire quelques bouquets en pot d’épices plus grands, des compositions plus grandes, et même me lancer dans des paysages.

Voici donc cette gravure dont l’idée est venue peu à peu, comme j’ai du déjà le dire (désolé si je me répète) parfois les idées sont longues à mûrir et d’autres fois cela vient rapidement. mais une fois l’idée en place, la consolidation du dessin qui pourrait donner une « bonne » gravure (c’est à dire qui me donne cette intime satisfaction quand j’arrive à une esquisse au crayon qui tienne la route à mes yeux) peut prendre du temps. On m’a soufflé l’idée des linottes mélodieuses, petits oiseaux, dont le ventre se tache d’orangé clair. J’aime que mes oiseaux soient plus ou moins reconnaissables, même si parfois je privilégie la forme graphique in fine à la réalité. Mais j’ai mis un peu de temps à leur trouver un cadre végétal de support, après les avoir envisagé dans des chardons (idée que je garde pour une autre gravure), ces petites linottes se sont posées dans des digitales, et voici en images, le processus qui m’a amené à la création de cette grande gravure donc le motif imprimé est de l’ordre d’une plaque A4, avec une feuille papier 28 x 35 cm, qui correspond à une taille de cadre standard dans le commerce pour faciliter son encadrement. Seulement 12 tirages originaux ont été réalisés. Comme toujours en réduction, il n’y en aura pas d’autres, les plaques sont perdues une fois terminé le passage des couleurs.

Voici la gravure terminée, il y a 9 couleurs en tout, L’esquisse terminée de la gravure, que j’ai détaillée plus finement sur le lino, pour la transformer en zones de couleurs, je voulais donner du mouvement aux plantes, comme si ce perchoir végétal était habituel, certains s’y posant de façon longue comme une zone d’observation de l’entourage, et d’autres seraient venus se poser un instant très court.

La couleur du fond est toujours délicate à choisir, car elle révèle ou éteint selon le choix les couleurs suivantes. Quand elle est en premier, je n’ai pas intérêt à me rater, en même temps, si je ne mets pas de fond, je trouve que c’est vide. J’ai donc choisi un gris léger qui fait son boulot de « poser » la composition, de l’ancrer sur le papier, et en même temps elle sait se faire oublier.

Dans un rayon de soleil, 4 couleurs sont passées, le gris du fond, (avec une touche de jaune pour le rendre chaleureux), un beige, un orangé clair et un marron rouille. J’ai laissé les ronds des parties jaunes des digitales en blanc, de crainte que le jaune soit terne si je le passais directement sur le gris.

Ensuite les touches de jaune, pour le coeur des digitales. Le jaune est une couleur qui supporte peu d’être passé sur autre chose que la feuille blanche.

Couleurs suivantes, passer le rose avant le vert, afin que les tiges et hauts de fleurs recouvrent bien les pétales roses. le vert foncé donne le relief aux feuilles. Tant que les couleurs foncées de sont pas passées, la gravure semble « éteinte ». Souvent j’ai beaucoup de doutes tout le long du processus, et ils s’envolent seulement lorsque les couleurs foncées sont enfin passées, soudain, le motif se réveille et prend le relief que j’espérais quand j’ai imaginé la gravure tout au début dans les esquisses au crayon.

Comme là, le rose foncé pose la forme des grosse clochettes alors qu’avant, avec une seule couleur, c’était bien terne et sans relief. J’ai également terminé avec le brun foncé. Qui réveille les oiseaux et leur donne de la présence dans cette composition. On voit bien qu’entre ces deux étapes, tout change.

Voici donc cette gravure terminée, cela me rappelle mes balades d’enfance en forêt vosgiennes, au milieu des immenses digitales, qui déjà, me fascinaient par leur beauté.

A bientôt pour de nouvelles compositions 🙂

 

The post Gravure en réduction : Petites linottes first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/01/gravure-en-reduction-petites-linottes.html/feed 1
Hirondelles en bord de mer https://lafabutineuse.com/2020/01/hirondelles-en-bord-de-mer.html https://lafabutineuse.com/2020/01/hirondelles-en-bord-de-mer.html#respond Thu, 09 Jan 2020 15:59:27 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8163 L’idée d’une gravure germe parfois dans mon esprit, de façon soudaine. Je vois une photo d’oiseau (je suis abonnée à quelques comptes de photos ornithologiques), je m’imagine cet oiseau dans un cadre végétal. Mais entre cette idée et la satisfaction d’une composition finale, prête à être gravée, cela prend parfois du temps. Pour vous dire, […]

The post Hirondelles en bord de mer first appeared on La Fabutineuse.

]]>
L’idée d’une gravure germe parfois dans mon esprit, de façon soudaine. Je vois une photo d’oiseau (je suis abonnée à quelques comptes de photos ornithologiques), je m’imagine cet oiseau dans un cadre végétal. Mais entre cette idée et la satisfaction d’une composition finale, prête à être gravée, cela prend parfois du temps. Pour vous dire, j’ai en attente encore depuis plusieurs mois, des esquisses d’un pic vert sur un arbre, d’une mésange avec un gros hanneton, et je ne suis pas satisfaite du resultat, donc je laisse en plan, je reprends le dessin je le retravaille jusqu’à satisfaction. cette satisfaction prend la forme d’une petite sensation au coeur de mon corps, quelque chose comme de la hâte à le voir gravé. Un enthousiasme visuel, une petite voix qui me dit « oui c’est ça ». Parfois elle se tait longtemps, alors je ne grave pas. Quand je grave quand même, je ne suis pas tout à fait satisfaite.

Bon tout cela pour vous dire que ces hirondelles, elles sont venues très vite sur le lino. Les hirondelles volent parfois bas, j’ai associé cet oiseau aux vents marins, parce qu’elles migrent aussi. Et j’avais l’idée de les représenter en bord de mer, oui mais comment ? Et bien par l’absence de végétal, par des piquets de bois clair, lavé par les embruns, par des graminées souples. C’était là, juste dans ma tête, et j’aime la simplicité du résultat.

La presse qui a beaucoup tourné ces dernières semaines. Bon j’avoue ça me casse un peu le dos en fin de journée, mais la satisfaction est là.

The post Hirondelles en bord de mer first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/01/hirondelles-en-bord-de-mer.html/feed 0
Linogravure botanique : Camomille https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-camomille.html https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-camomille.html#comments Thu, 09 Jan 2020 15:46:19 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8155 Après le tilleul, voici la camomille traduite en gravure. La gravure est tout en simplicité, avec uniquement 3 couleurs, les pétales blancs sont ôtés de la plaque de couleur, pour apparaître sur le papier. La composition met en avant le multiplicité des branches terminées par des fleurs épanouies ou en bouton. C’était un vrai plaisir […]

The post Linogravure botanique : Camomille first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Après le tilleul, voici la camomille traduite en gravure. La gravure est tout en simplicité, avec uniquement 3 couleurs, les pétales blancs sont ôtés de la plaque de couleur, pour apparaître sur le papier. La composition met en avant le multiplicité des branches terminées par des fleurs épanouies ou en bouton. C’était un vrai plaisir de réaliser cette gravure dont l’idée a été assez amusante à mettre en œuvre.

The post Linogravure botanique : Camomille first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-camomille.html/feed 1
Linogravure botanique Escholtzia https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-escholtzia.html https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-escholtzia.html#comments Thu, 09 Jan 2020 13:56:14 +0000 https://lafabutineuse.com/?p=8147 Avant, je n’aimais pas le orange dans le jardin. Mais de plus en plus, je change d’avis, car il se marie vraiment bien avec le violet et le rose. J’en mets de plus en plus, et j’ai semé des graines d’Escholtzia, qui étaient peu nombreux, mais comme ils se resèment facilement, je crois que je […]

The post Linogravure botanique Escholtzia first appeared on La Fabutineuse.

]]>
Avant, je n’aimais pas le orange dans le jardin. Mais de plus en plus, je change d’avis, car il se marie vraiment bien avec le violet et le rose. J’en mets de plus en plus, et j’ai semé des graines d’Escholtzia, qui étaient peu nombreux, mais comme ils se resèment facilement, je crois que je vais en avoir un peu plus cet été. On le nomme aussi pavot de Californie. J’ai découvert des photos de Californie, ou cette fleur recouvre des surfaces importantes, et en fleurs durant le « super bloom » ou grande floraison c’est juste incroyable, je vous mets une photos tirée de Pinterest, elle n’est pas référencée, j’en suis désolée.

L’orthographe est aussi sujette à de nombreuses formes qui dépendent de la référence botanique où elle est citée. J’ai choisi une forme simple, toutes les formes sont rencontrées et possibles. De Eschscholzia, à Escholzia, à Eschscholtzia. Escholtzia est le choix que j’ai fait.

J’avais dessiné la fleur, et après réflexion, je n’ai pas utilisé seulement 3-4 couleurs mais je me suis autorisée à utiliser plus de couleurs pour mettre en valeur le feuillage et la couleur vive des fleurs. Ce n’est pas très exact qu’elle ait des étamines magenta, mais je sacrifie volontiers la réalité pour un choix de graphisme qui me plaît plus. C’est le droit de l’artiste 🙂

Comme pour toutes les gravures présentées sur le site, elles sont disponibles en boutique.

La petite touche de magenta qui finit la gravure en lui donnant du relief.

The post Linogravure botanique Escholtzia first appeared on La Fabutineuse.

]]>
https://lafabutineuse.com/2020/01/linogravure-botanique-escholtzia.html/feed 1