Tag Archives: étiquettes

Personnaliser ses étiquettes, pour des cadeaux maison

Avant de vous parler du sujet de ce billet, je vous annonce si vous êtes abonnés à la newsletter que cette année elle changera de forme. Elle se voudra mensuelle, et contiendra, un récapitulatif des publications sur le site, et des mises en boutique des nouveaux articles.

Cette nouvelle formule s’accompagnera de la publication d’un nouveau site à la même adresse. Ce site sera plus clair, et dès la page d’accueil un accès possible vers le blog (site) ou la boutique pour plus de visibilité. 2019, année du changement, du rangement et d’envie de nouveautés. Le blog sous cette forme existe depuis 2015, et pour des raisons de problèmes de format wordpress5, et d’autres, je suis obligée de repenser un changement de fond (en comble). J’en profite pour refaire peau neuve.

Si vous voulez d’ores et déjà faire partie de ceux qui recevront cette newsletter sous sa nouvelle forme, n’hésitez pas à vous y inscrire aujourd’hui ! Une fois par mois, les nouveautés, des surprises à télécharger, et les actualités.

INSCRIPTION A LA NEWSLETTER

Mais avant, je continue de partager avec vous, les jolis cadeaux de Noël maison que j’ai réalisé cette année, et j’en profite pour vous donner la recette très simple d’une « épice » ou aromate maison, la poudre d’écorce d’orange, très facile à faire.

Pour Noël cette année, j’ai fait de nombreux cadeaux maison. Il en est un, qui m’a demandé pas mal de temps, mais dont le prix de revient est tout mini. Il s’agit de réaliser de la poudre d’écorce d’oranges soi-même. Elle peut être ensuite utilisée de nombreuses façons, dans les yaourts (une pointe), les flancs, les pâtes à tartes, les gâteaux, les chocolats chauds, les plats salés-sucrés, bref partout où un petit goût d’orange est le bienvenu.

Il faut bien sûr des oranges bio, avec si possible une peau épaisse. Je les lave bien, et je les épluche avec un économe qui fait des épluchures très fines, de façon à ne pas conserver la peau blanche en dessous, mais uniquement l’écorce avec les huiles essentielles.

Au four, environ 1 heure à 90-100°C (la porte entre-ouverte pour laisser échapper l’humidité), les écorces doivent être craquantes. Puis je les mouds très fin, et il y a une bonne odeur d’orange dans toute la maison, et ensuite cela se conserve quelques mois au sec dans un petit bocal. Evidemment, l’étiquette est faite maison, deux tampons pour orner ce petit bocal, qui a fini sous le sapin. Coût de revient 3€ le bocal, et environ 10 oranges bio gros calibre par pot. Les oranges ont été mangées ou pressées. Pas de pertes, tout se consomme !

Des coings et de la patience

Cet automne, on m’a donné des coings et je n’ai pas hésité longtemps pour avoir envie de faire des pâtes de coings. Quand j’étais petite, nous avions des pâtes de coings assez souvent, ma grand mère avait des vergers avec pas mal de cognassiers. Ma mère faisait des gelées et des pâtes de coings. A la maison, il y a peu d’amateurs pour les gelées, j’ai donc entièrement utilisé ces fruits pour en faire des pâtes.

J’ai utilisé une recette trouvée sur Internet. J’ai simplement frotté les fruits avant des les laver et les couper en morceaux. J’ai récupéré les pépins (qui contiennent la pectine, utile pour que la pâte durcisse) que j’ai enfermés dans une mousseline de coton. Puis j’ai fait cuire ces morceaux dans un sirop avec les pépins (j’ai mis le sucre au pif).

Une fois cuits, les coings sont passés au chinois. On met ensuite dans une bassine, la quantité égale de sucre et de purée de fruits avec la pectine récupérée en pressant la mousseline qui contient les pépins. J’ai bien raclé avec un couteau toute la pectine sur la mousseline pressée. J’étais un peu dubitative quant à l’effet gélifiant de cette pectine pour toute les pâtes de coings, mais c’était parfait.

Ensuite le plus long, la cuisson sans cesser de tourner jusqu’à faire sécher la pâte qui obtient une belle couleur cuivrée. Sans cesser de tourner pendant presque 1h30 pour ma part, en évitant les éclaboussures brûlantes. Mais cette étape fastidieuse est récompensée par une belle pâte, que j’ai étalée dans un cadre en inox sans fond de 2 cm de haut, posé sur une surface plane (un plateau est idéal pour pouvoir le bouger). Il faut laisser sécher en fonction de votre goût pour les pâtes de fruits, si vous les aimez tendres au bout de 3 semaines elles se dégustent, si vous les aimez plus fermes comme moi, alors il faut patienter presque 1 mois et demi pour les découper, et les enrober de sucre cristallisé. Si vos pâtes de fruit suent c’est que vous n’avez pas assez séché la pâte lors de la cuisson.

C’était un petit cadeau idéal pour les fêtes, et bien sûr je n’ai pu m’empêcher de personnaliser les boîtes en carton, avec des tampons gravés à la main. J’aimerais tester des pâtes de fruits avec d’autres fruits (framboises, cassis,…) c’était bien amusant à réaliser.

En images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des petits sachets de graines de tomates

Cette année, j’étais décidée à ne pas rater mes plantations de tomates. Notre jardin est tout petit, la maison étant grande avec pleins d’espaces ateliers, située en ville, forcément les espaces extérieurs en ont pâtit. Il n’est pas très bien situé (nord / nord-est, à l’arrière des ateliers, l’avantage c’est que j’ai une vue sur le jardin) et ne reçoit pas un grand soleil toute la journée. II a tendance à rester humide quand il a plu, l’hiver il devient très humide bref, des conditions qui ne sont pas idéales pour y planter des tomates. Et pourtant c’est la seule plantation que je trouve réellement intéressante dans un jardin. Je ne sais pas si vous êtes d’accord, mais les autres légumes d’été n’ont pas une aussi grande différence de saveur entre ceux que l’on achète sur le marché et ceux dans notre jardin (courgettes par exemple). Et les prix des tomates aux variétés anciennes reste quand même plus cher, alors que le kilo de courgette en pleine saison baisse pas mal.

Dans mon « autre » travail, j’ai parfois l’occasion de travailler avec l’institut de l’agriculture biologique, et je connais bien un des experts, qui a (comme moi) une double activité, mais liée à ses compétences d’ingénieur agronome (alors que moi je fais le grand écart entre activité scientifique et artistique). Il est auteur de livres autour du jardin, des cultures, du sol, il a un superbe et immense jardin dans le sud de la France qu’il utilise pour ses livres chez Terre Vivante… Il a écrit entre autres un livre sur la culture de tomates. J’ai donc suivi scrupuleusement tous ses conseils. J’ai notamment paillé mes tomates en deux fois, je suis allée chercher de la paille chez un agriculteur bio de ma commune (trouvé sur les pages jaunes). Je crois que c’était vraiment le truc en plus. Je n’ai jamais arrosé mes tomates cette année, et elles n’ont pas été malades du tout.

Ma récolte a été beaucoup plus importante que les autres années, j’avais planté une 15 aine de plants de plusieurs variétés (un collègue m’avait donné les jeunes plants). Du coup, j’ai eu envie d’aller plus loin pour l’année prochaine et de faire moi même mes semences. J’ai récolté les graines dans des tomates mûres et réalisé des jolis sachets pour les ranger avec un tampon étiquette / tomate. J’espère arriver à les faire germer, j’aimerais aussi mettre plus de plants et des variétés encore différentes. J’ai adoré la variété « green zebra », quand elle est bien mûre, la tomate est légèrement acidulée mais avec beaucoup de goût. J’ai du mal à convaincre mon plus jeune fils d’aimer les tomates, je lui ai fait goûter une variété « ananas » (jaune et sucrée achetée dans le commerce), et l’an prochain j’ai l’intention d’en planter avec d’autres variétés très douces et sucrées comme « striped german » « oxheart striped » ou « coyote ». Blaise m’a envoyé des graines à tester, après lui avoir demandé des conseils de variétés.

J’ai fait pour l’occasion un tampon pour faire de jolis sachets de graines. Les sachets ont été chinés, je n’en ai pas beaucoup. Mais si vous le souhaitez je peux faire des lots de 8 sachets en kraft. Contactez moi si cela vous intéresse. J’envisage d’en mettre en boutique mais je manque de temps pour le faire rapidement.

 

 

 

Pour enlever facilement le mucilage autour des graines, il faut les faire tremper quelques jours dans de l’eau, jusqu’à apparition d’un fil blanchâtre, sans aller jusqu’à laisser pourrir, ce film, signe de début de décomposition de la matière végétale. Ensuite on verse ce mélange dans un bol avec un rajout d’eau, battage au fouet et rinçage à grande eau dans un chinois à maille fine, les graines sont prête à être séchées sur un morceau de papier absorbant.

 

 

 

 

Emballez vos tisanes du jardin avec des jolis sachets imprimés à la main

J’ai récolté cet été plusieurs plantes à tisane que j’ai dans mon jardin : menthe, menthe poivrée, verveine citronnelle, et j’avais cueilli des fleurs de tilleul en juin.

Pour emballer ces plantes séchées, j’avais envie de jolis contenants. Une idée d’étiquette en tampon me trottait dans la tête. J’ai eu la disponibilité de la réaliser ce week-end.

J’ai donc gravé et imprimé des étiquettes pour faire de jolis paquets de « tisanes du jardin.

L’an dernier déjà, pour Noël, j’ai offert des tisanes du jardin, parfois mélangées avec d’autres plantes achetées en vrac. C’est un cadeau toujours apprécié, rien de tel qu’une bonne tisane odorante à boire le soir d’hiver.

Je propose des lots de plusieurs sachets à utiliser ou à offrir dans la boutique. Si des personnes sont intéressées directement par le tampon, celui-ci est disponible en commande.

tampon-grave-main-etiquettes-tisanes-la-fabutineuse-6

 

tampon-grave-main-etiquettes-tisanes-la-fabutineuse-4

 

etiquettes-tisanes-du-jardin-la-fabutineuse-11

 

etiquettes-tisanes-du-jardin-la-fabutineuse-9

 

etiquettes-tisanes-du-jardin-la-fabutineuse-2

 

tampon-grave-main-etiquettes-tisanes-la-fabutineuse-5

 

etiquettes-tisanes-du-jardin-la-fabutineuse-6

Et dans le même esprit, il y a toujours les sachets de conservation de graines en boutique 🙂

sachets de graine la fabutineuse 3 (2)

 

selection abracadacraft

Des étiquettes faites maison sous le sapin

Les cadeaux sont prêts sous le sapin, enfin, aujourd’hui nous partons en voyage pour les y emmener. Une journée de train avec les enfants pour rejoindre la famille dans l’Est. Je ne serai donc pas plus présente les semaines de fêtes sur le blog.

Pour apporter une petite touche personnelle sur les cadeaux, j’ai gravé un petit tampon rond, pour avoir de jolies étiquettes personnalisées sur les cadeaux. J’ai ressorti un joli papier cadeau vintage chiné cet été. Je suis contente de le trouver maintenant 🙂

Et un joli papier coup de coeur chez mon papetier en ville.

Gomme Hinodewashi, parfaite pour les petits détail et une bonne prise en main sans mettre de bois.

Je vous souhaite à tous et à toutes d’excellentes fêtes auprès de ceux qui vous sont chers.

Des étiquettes de confiture personnalisées

On peut avoir de jolis rangements, avec de jolis pots, mais cela passe aussi par de jolies étiquettes. Les étiquettes réalisées avec des tampons que je grave, je ne m’en lasse pas. J’en ai déjà fait pour des champignons, des confitures. Celles-ci sont un cadeau pour ma sœur, qui fait de sublimes confitures de figues vertes, qu’elle cueille chez elle.

Pour des raisons de confidentialité, j’ai gommé au logiciel de retouches photos, le nom du lieu-dit, les étiquettes sont donc un peu tronquées au niveau de l’écriture, mais cela n’enlève pas leur charme.

 

J’ai fait en plus des tampons, qui lui permettront d’en faire à sa guise, quelques petits sachets d’étiquettes toutes faites.

Et bien voilà, j’ai repris les gouges, le chemin de l’atelier, mais les commandes ne sont pas ouvertes, car un gros travail, va probablement retarder l’ouverture du carnet de commandes de quelques temps, (environ deux mois).
Il se peut également que la boutique soit également peu remplie durant ce temps. J’essayerai cependant de vous faire part de nouvelles créations en cours.

Merci et à très vite 🙂

Une étiquette de bocal de conserve

Mes parents vont ramasser des champignons chaque année. Cette année a été particulièrement productive en cèpes. La récolte a dépassé les 30 ou 40 kilos. Ils en font des conserves que je récupère ensuite (miam miam)…
J’ai fait pour envoyer à ma maman, des jolies étiquettes à mettre sur ses bocaux. Ne les ayant pas encore vus, je ne peux vous montrer le résultat sur les vrais bocaux. En attendant je vous montre au moins les étiquettes.

J’ai mis l’étiquette sur un bocal de morilles sèches, ramassées au printemps…

Je vous souhaite un très bon week-end 

Des étiquettes voyageuses

Depuis quelques temps, je m’essaye à réaliser des articles à partir de papiers, sur lesquels j’imprime des motifs avec mes tampons gravés à la main. En effet en prévision de diverses expos-ventes j’essaye de diversifier mes propositions en dehors de l’objet « tampon ».

Vous avez vu les carnets en début de semaine, cette fois-ci, j’ai réalisé des étiquettes pour les cadeaux, vous savez comme j’aime utiliser des anciens papiers trouvés en brocante, là j’ai utilisé des papiers épais de cartes de livres anciens (atlas et livres de géographie).

Le papier est relativement épais, mais je l’ai doublé en plus avec du papier 220g/m2 rives beige foncé. j’ai également mis un œillet en métal pour passer une petite ficelle de lin pour accrocher l’étiquette.
2 tampons sont utilisés, un avion et une tampon pour le contour et une petite ligne pour écrire) ce qui permet d’utiliser des encres de différentes couleurs

 Pour des cadeaux voyageurs à l’ancienne.
 Les lots de 10 étiquettes ont des coloris assortis
 Le papier « RIVES » 220g/m2, couleur beige foncé, collé au dos de chaque étiquette pour une finition plus nette.

 

Étiquettes de confiture

Quand on fait des confitures maison, on a le plaisir de les offrir. Ou même simplement le plaisir d’avoir de jolis pots sur ses étagères.
J’ai fait quelques tampons pour faire des étiquettes de confiture. Je me suis amusée à faire aussi des petits tampons de fruits pour mettre sur les étiquettes, ou simplement sur des papiers autour des pots.
Les choix sont multiples pour utiliser les tampons, c’est pour cela que j’aime toujours autant m’amuser avec les motifs.

J’ai utilisé du papier que j’ai récupéré dans un colis. C’était un papier recyclé qui servait à emballer des objets. Pour le nom des fruits de ces étiquettes j’ai utilisé un petit alphabet du commerce que je n’ai pas gravé moi même (pour une fois) :).

Les tampons sur du papier recyclé, découpé et collé sur le bocal avec du scotch double face. Une petite impression sur le dessus pour accompagner.

Un petit coup de tampon tout simple sur le dessus, ça fait aussi un joli pot très simple.

 

Tampon pour tisanes de tilleul

Il y a environ deux semaines, quand il faisait très chaud, je sentais sur le chemin de mon travail des effluves fortes de tilleul. Il y avait un arbre immense en fleurs et j’en ai cueilli un peu en me disant que je testerai la tisane. Au début je voulais faire du sirop de tilleul, mais mon grand adore les tisanes et comme de toutes façon je n’avais pas cueilli assez de fleurs, je les ai fait sécher.

Je les ai mises en petit paquet hier et pour étrenner l’atelier, j’ai ressorti mes gouges et gravé un petit tampon pour agrémenter les sachets. J’ai fait des plus gros sachets et des plus petits.

 

 

 

 

 

 

Je regrette de ne pas avoir pris plus de temps pour cette cueillette, parce que la tisane est vraiment délicieuse. Je ne me souviens pas avoir aimé la tisane de tilleul avant, mais c’est probable que je l’apprécie parce que je connais le grand arbre magnifique d’où viennent les fleurs que j’ai cueillies moi-même.